publicité

Algues sargasses : un préjudice estimé à 1,5 million d'euros sur l'économie Martiniquaise

Le préjudice est estimé à 1,5 million d'euros sur l'économie martiniquaise, constat dressé par la chambre de commerce et d'industrie de la Martinique, au cours d'une réunion de synthèse (mardi 29 mai). Les enquêtes ont été menées auprès des pêcheurs, des commerçants et des chefs d'entreprise. 

compte-rendu de la mission CCI dans les communes de Martinique touchées par l'arrivage des algues sargasses. © Préfecture972
© Préfecture972 compte-rendu de la mission CCI dans les communes de Martinique touchées par l'arrivage des algues sargasses.
  • Par Jean-Claude SAMYDE
  • Publié le , mis à jour le
Cette première estimation réalisée par la CCIM,(Chambre de Commerce et d'Industrie de Martinique) s'est concentrée sur 9 communes de l'île concernées par les algues sargasses. 

Les premières données économiques


Le bilan réalisé hier (mardi 29 mai) dans les locaux de la chambre consulaire donne les premières indications économiques. Les enquêteurs ont rencontré 473 professionnels dont 75 hôteliers et restaurateurs, 86 commerces de détail alimentaires et non alimentaires, 27 loueurs de matériel de loisirs, et 44 marins-pêcheurs. Le préjudice est estimé à 1,5 million d'euros sur l'économie martiniquaise. Les algues sargasses font des dégâts dans les entreprises et commerces des communes concernées. L'État et la CCIM mesurent les conséquences sur l'économie de l'île. 

Philippe Jock

Président de la chambre de commerce et d'industrie de Martinique
Les hôteliers de la côte atlantique, les commerces de détails alimentaires et non alimentaires mais aussi les professionnels de la pêche sont handicapés par les échouages d'algues sur nos côtes. "L’état est en train de tout mettre en œuvre pour tenter de venir en aide aux communes, et aux socioprofessionnels" précise Franck Robine, le préfet de Martinique.

Franck Robine

Préfet de la Martinique
Après cette étude de la CCIM, les socioprofessionnels attendent une déclaration de l’état de catastrophe naturelle. Ce qui permettrait de gommer partiellement les incidences négatives des algues sargasses sur l’économie Martiniquaise.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play