Blocage du transport dans le centre : la Setrac pourrait "entamer des démarches difficiles" pour sortir du conflit

transports
Centre technique du transport
©Martinique la 1ère

Déjà 17 jours qu'une partie du réseau des bus du centre de Martinique est bloquée à cause d'un conflit au sein de la Setrac (Société d’exploitation des Transports de l'agglomération Centre). La société envisage "des démarches difficiles" pour sortir du conflit.

Ce mercredi matin 12 mai 2021, au moins 25 lignes de bus sur le réseau du centre (qui en compte 63), sont encore bloquées, depuis le 26 avril 2021, soit 17 jours de perturbation.

Ce blocage perdure à cause d'un droit de retrait (L 2313-59) des salariés affiliés au syndicat Sud Solidaires de l'entreprise Setrac (Société d’exploitation des Transports de l'agglomération Centre). La Setrac est l'une des quatre sociétés chargées de desservir le centre du territoire.

Dans un courrier adressé au directeur de l'entreprise (25 avril 2021), les membres du Comité Social et Économique (CSE) dénoncent "les plannings constamment modifiés, un temps de repos journalier non respecté, de graves défaillances techniques sur un bus". 

"Droit de retrait abusif puisqu'il n'y a aucun danger grave et imminent pour la santé ou la vie des salariés" disait Louis Boutrin, vice-président de Martinique Transport, le 28 avril 2021.

"Rien ne justifie la situation dans laquelle nous sommes", rajoute David Bernard, directeur général de la Setrac.

Chauffeur (femme) dans son bus
Service de transport en commun dans les villes du centre (Fort-de-France, Lamentin, Schoelcher et Fort-de-France). ©Martinique la 1ère

La Setrac s’est engagée à offrir un service de qualité, et des actions concrètes sont déjà mises en places : renouvellement de la flotte de bus, mise en place d’une nouvelle organisation, action de formation pour le personnel…

 

Toutes ces démarches ne sauraient être entravées par la majorité des membres du CSE affiliée au syndicat Sud Solidaire Transport, qui freine l’entrée dans une nouvelle ère. 

 

La Setrac ne saurait céder aux pressions exercées par des salariés qui refusent de mettre fin à des pratiques ayant déjà conduit à l’échec que nous avons connu. 

(Société d’exploitation des Transports de l'agglomération Centre)

 

Les usagers en font les frais

 

Au 17e jour de conflit, la situation semble plus tendue que jamais. Sur les réseaux sociaux, certains chauffeurs expriment des sentiments hostiles à la direction. De son côté, la direction adopte un ton véhément. "La Setrac pourrait se voir dans l’obligation d’entamer des démarches difficiles mais importantes afin de poursuivre les missions de service public confiées à la société".

Et pendant ce temps, les usagers de Fort-de-France et de Schoelcher en particulier, font les frais de cet énième conflit sur ce réseau. Personnes âgées, chômeurs, jeunes, travailleurs indépendants...sont brutalement privés de ce service public essentiel dans leur vie quotidienne. Mis à part l'association des usagers, qui se préoccupe de leur sort?

Guichets et bus
File d'attente aux guichets à Fort-de-France. ©Martinique la 1ère

 

Comment s’organise désormais le réseau du centre?

La Régie des Transports est chargée de l’exploitation des 2 lignes du TCSP. L’exploitation des lignes urbaines du réseau Mozaïk a été confiée à des entreprises de transport privées, dans le cadre de marchés publics.