Chlordécone : des militants du drapeau rouge, vert noir sont réunis devant le siège du Groupe Bernard Hayot au Lamentin

manifestation
action des militants aux abords du siège de GBH ©Jean-claude Samyde
Une vingtaine de militants ont envahi le rond point de la zone Les Mangles d'Acajou au Lamentin et ont installé des affiches et pancartes devant le siège du Groupe Bernard Hayot. Une action menée ce samedi 18 juin 2022 pour exiger "une justice pour le peuple martiniquais empoisonné" et la "déclassification des  dossiers du Chlordécone".

Depuis 10 h 13 ce samedi matin, des militants RVN mènent une action symbolique. Ils ont déployé de banderoles et affiches dans la zone limitrophe du siège de GBH (Groupe Bernard Hayot) au Lamentin. 

Les manifestants distribuent des tracts aux automobilistes et dénoncent le"non lieu envisagé" dans le dossier du chlordécone.

Les juges en charge de ce dossier, ont fait part, à la fin du mois de mars dernier, aux parties civiles et au parquet de leur intention de clôturer cette information judiciaire et de prononcer probablement un non-lieu.

Décision contestée par ces manifestants. Dans leur tract distribué ce samedi matin, ils exigent la déclassification des dossiers du Clordécone et posent plusieurs questions :

Yves Hayot est mort, donc à qui profite le crime. Nicolas Marrault des Grottes pdg de Banamart a racheté la Sicabam, pourquoi n’est t’il pas inquiété. Henry Ernoult, ancien directeur qui a racheté  le brevet du chlordécone pour fabriquer le pesticide ‘Curlonne » occupe actuellement  le poste de directeur du Casino Batelière.

Militants Rouge Vert Noir

Tract "Non au non lieu" distribué ce samedi sur la voie publique

Les manifestants qui souhaitent attirer l'attention du public comptent rester toute la journée sur le site. 

militants rouge vert noir /GBH
des militants rouge vert noir mènent ce samedi 18 juin une action devant le siège de GBH au Lamentin ©Jean-claude Samyde

Dans le dossier du chlordécone,  le CRAN se porte partie civile. L’annonce a été faite hier (vendredi 17 juin) par Patrick Lozès, président du Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN). Il a chargé l'avocat martiniquais Alex Ursulet de se constituer partie civile dans la plainte pour empoisonnement au chlordécone.