Coronavirus : Case-Pilote, premier centre éphémère de vaccination en Martinique à partir du 5 mars 2021

coronavirus
Case-Pilote
Dans le bourg de Case-Pilote. ©Laurie-Anne Virassamy

Les habitants de Case-Pilote âgés de plus de 75 ans, ceux qui présentent des pathologies les exposant "à un très haut risque face à la Covid-19" et les professionnels de plus de 50 ans, "ayant des comorbidités" et amenés à côtoyer des "publics vulnérables", seront les premiers à se faire vacciner.

À compter du vendredi 5 mars 2021, la maison des jeunes et de la culture de Case-Pilote, sera le premier centre éphémère de vaccination de Martinique, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

La volonté de la préfecture et de l’Agence Régionale de la Santé, en lien avec les élus locaux, est de "proposer des points de vaccination au plus près de la population".

Nous pourrons ainsi répondre à la demande des administrés de la ville et des villes avoisinantes.

 

Pourront à cette occasion se faire vacciner :

→Les personnes âgées de plus de 75 ans ;

→Les professionnels de plus de 50 ans ou ayant des comorbidités, qui travaillent auprès des publics vulnérables (professionnels de santé, aides à domicile, pompiers) ; 

→Les personnes ayant une pathologie qui les expose à un très haut risque face à la Covid-19 disposant d’une ordonnance médicale.

(La préfecture et l’ARS)

 

Vaccination à Case Pilote

Vaccination sur rendez-vous

 

Un numéro gratuit a été mis à la disposition des volontaires (0596 425 560) afin de prendre rendez-vous. Ils peuvent aussi se rapprocher du CCAS (Centre Communal d’Actions Sociales) en appelant le 0596 786 628, le 0596 784 557, ou le 0696 071 078.

Bientôt de nouveaux centres provisoires

 

D’autres villes devraient à leur tour ouvrir leur centre de vaccination prochainement. C’est le cas du Morne-Rouge en attente du feu vert de l’ARS. L'agence qui a déjà procédé à son inspection sur le terrain, à la salle Barrel Coppet, au centre Vulcano, où auront lieu les injections.

Les personnes intéressées peuvent déjà se rapprocher du CCAS de la commune. En attendant, des élus sont chargés de faire circuler l’information dans les quartiers péléens.