Coronavirus : deux Martiniquais bloqués sur le paquebot "Zaandam" au large du Panama

coronavirus
Paquebot Rotterdam Panam
Sandra* voit à travers son hublot le paquebot Rotterdam venu à leur secours dans les eaux panaméennes. ©Sandra*
Le paquebot de croisière "Zaandam" (compagnie Holland America Lines) est en difficulté au large du Panama ce dimanche 29 mars 2020. Quatre passagers sont morts du coronavirus. Deux Martiniquais sont confinés dans leur cabine. Le paquebot tente de rallier les États-Unis par le canal du Panama.
Assise face à son hublot Sandra* scrute tous les déplacements autour du paquebot. "Ça me détend", dit-elle. Son compagnon et elle sont confinés dans leur cabine depuis le 22 mars 2020. 
 

Confinés dans leur cabines


Et enfin, une bonne nouvelle retentit dans les haut-parleurs, le commandant annonce que l'autorisation de traverser le canal du Panama a officiellement été accordée ce dimanche 29 mars 2020 après une interdiction de plusieurs jours. 

On s'occupe de nous, mais le confinement commence à être très difficile. C'est très difficile de rester dans la chambre.

Je vis cela de manière angoissée parce qu'il y a beaucoup d'incertitudes. On n'est jamais sûr de rien. Aujourd'hui on nous a confirmé qu'on pouvait y aller donc on attendra, mais on reste prudent. Parce qu'on ne sait pas si dans quelques minutes avec l'annonce du commandant, il peut nous annoncer autre chose. Je vous assure que ça commence à devenir pénible, raconte-t-elle.

Sandra est toujours à bord du Zaandam et attend son transfert vers le Rotterdam. Un autre bateau de croisière de la compagnie Holland America Lines venu leur porter secours. Le transfert s'effectue grâce à trois chaloupes rouges, le débarquement au Panama étant interdit. 
Ces chaloupes rouges effectuent le transferts des passagers non malades du Zaandam vers le Rotterdam.

Depuis vendredi 27 mars 2020, nous sommes débarqués au fur et à mesure. Normalement, nous notre tour c'est aujourd'hui, mais nous n'avons pas l'heure. 

Ça se fait très lentement et il ne faut pas que nous soyons nombreux dans les ascenseurs et ni sur les passerelles donc c'est au compte-gouttes pour ne pas que nous soyons contaminés. 

Les deux paquebots, le Zaandam avec les malades et le Rotterdam avec les non malades devraient donc traverser le canal en direction du port de Miami aux États-Unis. Dans une annonce, le commandant a confirmé que le port de Fort Lauderdale ne devrait accepter l'accostage du bateau. 

Les médias parlent de 200 cas, mais à bord, on est resté sur 79. Ils ne nous disent pas si ce sont des cas d'états grippaux ou cas de coronavirus. Mais on n'est pas dupe. Puisqu'à bord il y a eu 4 morts quand même. Mais ils disent qu'ils ne savent pas si c'est le coronavirus ou autre. Et toujours là, on n’est pas dupe, explique Sandra*. 

Une centaine de Français à bord


Cette croisière, Sandra* et son compagnon la font avec un groupe composé d'une centaine de Français. Partis de la Martinique, ils sont arrivés à Paris le 6 mars 2020 avant de prendre un avion à destination de Buenos Aires en Argentine où ils sont montés à bord du paquebot le 7 mars 2020. 
Mais avec la pandémie de coronavirus, les escales dans les différents ports ont été compromises dès la mi-mars et impossibles à leur point d'arrivée à Santiago du Chili le 21 mars 2020. Le paquebot compte près de 1800 passagers au total. 

Depuis le 15 mars, tous les passagers sont bloqués sur le bateau et dans leurs cabines depuis le 22 mars 2020 attendant des informations lors des annonces du commandant de bord. 

Ils déposent les plateaux devant notre porte, ils toc et nous allons les récupérer. Et quand nous avons terminé, nous remettons le plateau vide devant la porte. Nous n'avons pas de contact avec eux ni avec personne, nous sommes tous les deux dans notre chambre. 

Le couple qui devait rentrer en Martinique 27 mars 2020 ne sait toujours quand cela sera possible. 

Nous aimerions tellement rentrer chez nous. Je suppose comme tout le monde. Et puis rentrer en Martinique au lieu de retourner sur Paris parce que ce ne sera pas évident pour nous, avoue-t-elle.

Aucune information ne leur a été dévoilée sur leur transfert vers l'île, mais ils savent que cela sera long avec les procédures de quatorzaine mises en place pour toutes les arrivées en France et en Martinique. * le nom de la passagère a été modifié.