Coronavirus : les pays de la Caraïbe appliquent des mesures contraignantes pour ouvrir leurs frontières

monde
Sainte Lucie aéroport Hewannors
Les frontières de Sainte Lucie s'ouvrent aux vols internationaux.
Se rendre dans la région est une affaire difficile et coûteuse à cause des règlements pour la prévention du COVID19.  Les îles de la Caraïbe n’ont ni les moyens ni les hôpitaux pour gérer une flambée du COVID19. Jusqu’ici les îles voisines ont évité une contamination importante.
 
Aujourd’hui les frontières de la Caraïbe s’ouvrent aux touristes et aux autochtones qui vivent à l’étranger.

Le COVID19 complique les déplacements. Chaque pays a créé des sites sur Internet pour expliquer une multiplicité de nouveaux règlements.
 

À Sainte Lucie un site web est dédié aux protocoles


Prendre l’exemple de Sainte Lucie qui n'a enregistré que 28 cas du COVID19 et zéro décès. Sur son site les obligations à respecter sont disponibles uniquement en anglais.

Les vols en provenance d'Europe, du Canada et des États-Unis sont à nouveau autorisés.
Tout voyageur doit être muni d’un test PCR négatif. Seuls les enfants de moins de 5 ans sont exemptés du dépistage.

Les résultats du test PCR et un formulaire de voyage dument rempli, doivent être expédiés par email aux autorités sainte luciennes afin d’obtenir le droit d’entrer sur le territoire.
Sainte Lucie Coconut Bay
A Sainte Lucie, Coconut Bay dans le sud de l'île est autorisé à héberger les visiteurs. ©coconutbay
Les touristes sont hébergés uniquement dans des hôtels certifiés par le gouvernement. Il y en a 27 à Sainte Lucie. Seulement dix attractions et 3 excursions sont disponibles pour les visiteurs.
 

Les saint luciens contraints de payer leur séjour en quarantaine


Les saint luciens qui rentrent au pays ne peuvent pas rejoindre leur famille avant d'effectuer une quarantaine de 7 jours, soit dans un centre de l’état soit dans un lieu d’hébergement agrée. Le voyageur saint lucien doit payer ses frais.
Sainte Lucie aéroport George Charles
L'activité revient lentement aux aéroports de Sainte Lucie. ©airportdata
À partir du 15 octobre 2020, il coûtera $95.00 (80 euros) la nuit pour une chambre simple dans un centre de quarantaine de l'État, $165.00 (140 euros) la chambre double et $240.00 (204 euros) pour une triple. 

Les 7 jours restants de la quarantaine seront réalisés à domicile. Les voyageurs porteront un dispositif pour s’assurer qu’ils ne quittent pas le lieu de la quarantaine.

Les saint luciens vivant à l’étranger, sont en colère. Selon eux les frais d’hébergement sont exorbitants. Le Premier ministre, Allen Chastanet, annonce que le gouvernement n’a pas de choix. L’État ne peut plus supporter le coût mensuel d’environ un million de dollars pour héberger les personnes en quarantaine.
 

La zone de libre circulation de la CARICOM


Seuls les voyageurs qui arrivent des îles désignées conformes aux règlements COVID19 par la Communauté Caribéenne, la CARICOM, sont dispensés de la quarantaine.  
Sainte Lucie Pitons
Seuls les voyageurs de certaines îles de la Caraïbe peuvent se déplacer sans période de quarantaine. ©instagram
Selon la CARICOM, Antigua et Barbuda, Anguilla, la Barbade, la Dominique, la Grenade, Montserrat, Saint-Kitts et Nevis, Sainte Lucie et Saint-Vincent et les Grenadines, ont un taux de contamination si faible du COVID19 que les dangers de transmettre le virus sont quasi-inexistants.

Les voyageurs entre ces îles ont un large choix d'hébergement. Ils peuvent louer des voitures, se déplacer librement et fréquenter les restaurants.

Les voyageurs concernés peuvent consulter le siteweb dédié à cet effet.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live