Coronavirus : les premières heures du confinement en Martinique racontées sur les réseaux sociaux

société
Coronavirus  : facebook
©Martinique la 1ère
Depuis ce mardi 17 mars 2020, les Martiniquais sont confinés chez eux. Sauf dérogation, ils n’ont pas le droit de sortir. Du coup, ils s’occupent, en famille ou sur les réseaux sociaux. Facebook est à cet égard un moyen de communication précieux pour rester en contact avec l'extérieur
Avec les réseaux sociaux, on n’est jamais déçu. Pas plus en temps normal qu’en période de confinement. Bien avant l’entrée en vigueur de la mesure, chacun y va de son commentaire sur Facebook.

À 8 heures, Jackson poste sur son mur une photo le montrant avec un masque de protection. L’image fait réagir. "Tu as mis quoi là ? Un slip ?", plaisante Francine. "Ne le mets pas n’importe où et fais attention aux zones du masque que tu touches en l’enlevant pour ne pas contaminer l’intérieur, sinon il ne servira à rien", ajoute Dominique.
photo 1
©Cap fb/Jackson
À 9 heures 14, Gérard, qui se remet à peine d’un "insomnivirus", s’inquiète déjà : "Être confiné 15 jours avec un voisin qui chante faux et qui siffle comme un oiseau qui a une patte pétée et un mal boudin... presque envie d'aller bosser". Martine le réconforte : "Meuuuuh non Gégé... Dans 15 jours vous serez les meilleurs amis du Monde !!! ;) Il faut juste un peu de patience".

Avec l’humour, l’angoisse est la chose la mieux partagée sur ce réseau social. Sur plusieurs profils, les croisiéristes sont toujours montrés du doigt. À 10 heures, André publie sur son mur cet encart rouge : Nathalie répond à André : "À part les croisiéristes...les passagers des vols qui ont transités chez nous ?? On en parle ou c’est pas la peine ???... il faut arrêter... les croisiéristes ont introduit le virus ici ?? Revoyez la genèse..."

À midi, la mesure de confinement entre en vigueur sur tout le territoire de la Martinique. Théoriquement, sauf dérogation, tout le monde doit rester à la maison. Celles et ceux qui respectent scrupuleusement la consigne postent leurs premières photos.
 
À 12 heures 26, Joslen publie un cliché des restes de son déjeuner, trois morceaux de fruit à pain, avec cette légende : "Manjé péyi avek ou san Jonfinman". Il fait des envieux. "Ba mwen yon", le supplie Mario.
Fruit à pain
©Cap/fb Joslen
Celles et ceux qui font une dernière course donnent leurs impressions. À 12 heures 30, Bénédicte publie :Combien sont-ils encore dehors après l’entrée en vigueur de la mesure de confinement ? Le témoignage d’une automobiliste est instructif. À 12h47, Johanne écrit sur son mur : "Je suis rentrée de mon dernier déplacement avant midi. Est-ce que vous savez qu'il y a plein de gens sur la route, des gens qui se baladent en groupe, dans la rue, des magasins ouverts, et des grosses entreprises ouvertes encore".

À 13 heures, Murielle publie une photo de touristes nombreux sur la plage de l’Anse Mitan. Elle s’insurge du non-respect de la règle de confinement : "Que fait le Préfet ??!? C’est de la pure folie !!!", s’interroge-t-elle.
Coronavirus (plage)
Touristes mardi 17 mars 2020 sur la plage de l'Anse Mitan aux Trois ilets. ©Cap/FB Murielle
Pendant ce temps, à la maison, chacun s’organise. Il va falloir tenir quinze jours. À 13 heures 58, Mélissa propose sur son mur le "Corona virus challenge".
C’est une liste de 30 choses possibles à faire pendant le confinement : faire un gâteau, supprimer tous ses vieux e-mails, trier ses vêtements, passer 30 minutes au téléphone avec un proche, regarder un documentaire, etc...
Coronavirus challenge Mélissa
©Cap/FB Melissa
Moins intéressé par les documentaires, Alain, lui, se réjouit de "l'annonce que beaucoup attendait" : Pornhub offre l'accès premium gratuit en France. À  l'instar d'autres sites de vidéos pornographiques comme Jacquie et Michel, la célèbre plateforme a décidé de faire un geste pour occuper les confinés.

À 15 heures 13, Hannyk pousse un coup de gueule, pour parler d’amour : En ce premier jour de confinement, chacune et chacun fait contre mauvaise fortune bon cœur. Mais, passées les premières heures de flottement, tout le monde va devoir retenir la formule et l’appliquer au quotidien : "Rété a kay zot"