publicité

Coulée de boue au Prêcheur : "si l'ancien pont était encore présent, il aurait été emporté"

Les images de la dernière coulée de boue hier soir au Prêcheur sont très impressionnantes. Les volumes de roches et de terre font monter le lit de la rivière sous le nouveau pont, "si l'ancien était encore présent, il aurait été emporté", estime l'universitaire Pascal Saffache.

L'universitaire Pascal Saffache, invité du journal présenté par Catherine Gonier-Cléon (mardi 9 janvier 2018 à 13 heures) © Martinique La 1ère
© Martinique La 1ère L'universitaire Pascal Saffache, invité du journal présenté par Catherine Gonier-Cléon (mardi 9 janvier 2018 à 13 heures)
  • Martinique La 1ère
  • Publié le
L'universitaire Pascal Saffache était invité à expliquer dans le journal de la mi-journée, le phénomène qui touche le Prêcheur depuis le début de l'année. Une succession de coulées de boue dans la rivière de la commune. Ce phénomène appelé "lahar" est un mélange divers, (de la cendre volcanique, de la terre, des roches), le tout mélangé avec de l'eau "ça donne un matériau extrêmement dense et lourd qui a une capacité d'érosion très importante", estime l'universitaire.

(Re)voir ses explications lors du journal de la mi-journée, présenté par Catherine Gonier-Cléon
Pascal Saffache explique

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play