Coupures d'eau : la sénatrice Catherine Conconne demande au préfet une réunion de toute urgence...pour éviter des troubles

consommation
Catherine Conconne
La sénatrice martiniquaise Catherine Conconne. ©Martinique la 1ère
La sénatrice Catherine Conconne déplore la situation des abonnés sans eau en Martinique et demande au préfet Stanislas Cazelles une nouvelle réunion d'urgence avec les opérateurs "sous peine de voir des troubles" provoqués par des usagers exaspérés de vivre sans eau depuis plusieurs semaines.
Face au manque d'eau subit par une partie de la population martiniquaise, la sénatrice Catherine Conconne déplore le manque d'amélioration de la situation des usagers sans eau depuis plusieurs semaines. 
 

La parole publique a perdu tout crédit auprès de la population et tous nos efforts sont mis à mal. Monsieur le Préfet, les martiniquais ne doivent pas être l’otage d’une guerre qui s’est visiblement installée dans ce milieu et qui leur cause un préjudice inacceptable renforcé par la période d’épidémie de COVID.


La sénatrice demande donc "instamment de bien vouloir réunir dans les plus brefs délais, l’instance qui s’est déjà tenue à deux reprises en préfecture et qui comprend tous les concernés" et trouve "une fois de plus dommage que l’on doive s’en remettre à l’arbitrage du représentant de l’État pour régler une situation qui aurait dû l’être autrement".
 

Quelle réponse pour répondre au désespoir de la population ?


Elle ajoute "nos compatriotes ne peuvent plus continuer à être les otages de désaccords ou peut-être, encore plus grave, de stratégies. Les laisser dans une telle situation est inqualifiable. Il faut trancher et toute la vérité doit être dite. Trop de zones d’ombre perdurent. La situation loin de s’arranger empire. Nous risquons à terme des troubles. Les populations concernées nous ont adressés assez de signaux pour que nous soyons conscients de leur état légitime d’exaspération".

Le communiqué de Catherine Conconne à propos de la situation des usagers victimes de coupures d'eau depuis plusieurs semaines