Crise sociale en Martinique : vers un consensus des élus de tous bords ?

politique
61a19b9ece17f_ffic93qxeaackom.jpeg
La conférence territoriale des élus martiniquais au siège de la CTM. ©CTM
Nos responsables politiques ne pourraient-ils pas prendre des initiatives fortes afin de surmonter cette nouvelle crise ? Un vaste forum de discussions pourrait supplanter les ateliers de discussion qui révèlent leur inefficacité.

Comment sortir de la crise multiforme et multidimensionnelle que nous traversons depuis de longs mois ? Certes, des ateliers de discussion ont été mis en place au sein desquels échangent agents de l’État, élus et syndicalistes. Certes, ils n’ont pas encore donné leur pleine mesure, leur mise en œuvre ayant été laborieuse.

Le gouvernement attend les premières décisions pour valider les propositions portées par ces ateliers sur la vie chère, l’avenir de la jeunesse, l’accélération du plan de lutte contre les effets du chlordécone. Le gouvernement attend également des propositions portant sur l’atténuation de l’obligation vaccinale contre le Covid exprimée par certains professionnels de santé.

Ceci dit, vu l’acuité des problématiques soulevées, nous aurions déjà dû avoir quelques pistes de résolution. Or, ce sont l’hésitation, l’ambiguïté et la tiédeur qui prévalent. Il n’est pas étonnant que le président du conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique ait lancé "une plateforme de participation citoyenne destinée à recenser les propositions des différents pans de la société civile, autour des sept thématiques retenues pour l’organisation des ateliers".

61a03586990aa_whatsapp-image-2021-11-25-at-10-26-48.jpeg
Préfet, président du conseil exécutif de la CTM, et membres de l'intersyndicale à la préfecture (25 novembre 2021). ©Fabrice Defremont

Pourquoi pas un rassemblement de tous les élus ?

Les contributions seront synthétisées dans un document unique à remettre au gouvernement, explique Serge Letchimy. Louable initiative, dans l’air du temps, conforme à l’idée que la démocratie représentative peut s’enrichir de la participation directe des citoyens à leurs affaires.

Dans le même ordre d’idées, pourquoi ne pas réunir l’ensemble des élus du territoire en une sorte de congrès exceptionnel ? Ainsi, les maires, les conseillers territoriaux et les parlementaires seraient en mesure de montrer à la population et au gouvernement qu’ils s’attachent à trouver des solutions pérennes.

Ce congrès des élus de toutes les collectivités pourrait s’adjoindre les concours d’experts et pourraient entendre les représentants des associations et autres corps intermédiaires. Au-delà des frontières de la conférence territoriale de l’action publique, la CTAP récemment réunie, ce vaste forum martinico-martiniquais pourrait constituer un embryon de consensus pour faire peuple autour de préoccupations communes.

Barrage dans le sud
Barrage à Rivière Pilote. ©Thierry Sokkan

Les événements prévisibles nous ont surpris

L’initiative n’a pas encore été prise. Si tel était le cas cette fois, elle montrerait les limites de l’action publique mais aussi la nécessité de dépasser les frontières de nos habitudes. Il y a fort à parier que les participants à ce forum ouvert pourraient tricoter un nouveau projet de société pour le pays qui est en panne d’idées neuves et d’actions audacieuses. Preuve en est, nous nous sommes, une fois de plus, laissés dépasser par des événements dramatiques pourtant prévisibles.

Ce congrès spécial des élus de toutes obédiences idéologiques et de toutes expériences pourrait aussi l’être l’occasion de nous redonner confiance en nous-même. La confiance, une valeur en perte de vitesse, mais une valeur qui ne demande qu’à être réactivée.