CTM : près de 1,3 milliard d’euros pour le dernier budget primitif de la mandature

collectivité territoriale de martinique
Budget primitif / CTM
Le président de la Collectivité Territoriale de Martinique, Alfred Marie-Jeanne, défend devant les élus de l'assemblée, son dernier budget primitif (le 23 mars 2021), avant la fin de sa mandature. ©CTM

Le dernier budget de la première mandature de la Collectivité Territoriale de Martinique s’élève à 1 milliard 253 millions d’euros pour l’année 2021. Budget "électoraliste" pour une partie de la majorité et "insincère" selon l’opposition. Il a été voté en fin de semaine.

Le 25 mars 2021, Alfred Marie-Jeanne, le président du conseil exécutif de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique), annonçait à la tribune de l’assemblée, une augmentation du dernier budget primitif de sa mandature.

Ce budget primitif 2021 de près de 1,3 milliard d’euros, progresse de 165 millions d’euros par rapport à 2020, et s’établit en fonctionnement à 896 millions d’euros (+3,81%) et en investissement à 382 millions d’euros (+52,87%).

(Alfred Marie-Jeanne)

 

Mais au sein de sa propre majorité divisée depuis plusieurs mois, l’insatisfaction s’est vite manifestée, par la voix du 1er vice-président de l’assemblée par exemple, Yann Monplaisir qui s’est abstenu au moment du vote.

Nous avons décidé de nous abstenir lors du vote du budget, dans le but de ne pas bloquer le processus de fonctionnement de la collectivité.

 

Mais pour autant, nous ne pouvons pas cautionner la présentation très électoraliste et surfaite de ce budget.

 

Nous avons constaté depuis de nombreuses années qu’il y a des effets d’annonce et que lors du vote du compte administratif, les écarts marquent l’incapacité à réaliser les engagements pris (...).

(Yann Monplaisir)

 

De son côté, l’opposition ne s’est pas gênée pour qualifier la progression affichée par l’exécutif de "budget insincère".

Ce budget est insincère parce qu’il n’intègre pas depuis plusieurs années, les corrections de la Chambre Régionale des Comptes depuis 2016,  car il n’y avait pas de déficit mais un excédent.

 

Deuxièmement, entre 2016 et aujourd’hui, il y a eu entre 1,200 à 1,400 millions qui n’ont pas été injectés dans l’économie martiniquaise (...).

 

Troisièmement, ce budget masque les grandes insuffisances et la catastrophe de la consommation des fonds européens, puisqu’elle n'a pas dépassé 35% (...).

(Johnny Hajjar)

 

Avec 11 voix contre dont celle de Johnny Hajjar, 8 abstentionnistes y compris le maire de Saint-Joseph, Yann Monplaisir, mais 31 voix pour, ce dernier budget primitif de la première mandature en cours d’achèvement, a finalement été adopté.

Mais il a été entériné non sans arrières pensées politiciennes de part et d’autre, à l’approche du scrutin pour le renouvellement de la gouvernance de la CTM, une élection prévue en juin prochain, si la situation sanitaire le permet.