David Blamèble exporte la musique caribéenne avec son Chapman stick

musique
David Blamèble et son Chapman stick
Le musicien martiniquais David Blamèble et son Chapman stick. ©PPF

C'est en 2003 que le musicien martiniquais découvre cet instrument qui ressemble à une guitare, mais qui n'en est pas une. Depuis, il a changé sa vie. Avec son Chapman stick, David Blamèble décline tous les styles musicaux caribéens et les fait découvrir au monde. 

Son "Chapy" entre les doigts, David Blamèble n'a pas besoin de beaucoup d'équipement pour transformer les ruines de la savane de Fort-de-France en véritable scène. Et rapidement quelques spectateurs s'approchent et profitent du spectacle.

Il faut dire que l'instrument dont il joue est peu commun. Il s'agit d'un Chapman Stick, bâton de Chapman en français. Cet instrument à cordes porte le nom de son inventeur, le musicien de jazz américain Emmett Chapman qui l'a créé en 1969. 

Par rapport à la guitare, le stick se joue en tapping [NDLR : consiste à taper une corde plutôt qu'à la gratter ou à la pincer].

 

Pour la guitare, une main va appuyer ce que l'autre gratte.

 

Pour le stick, les deux mains sont vraiment indépendantes l'une de l'autre. Une main s'occupe de la partie grave et l'autre de la partie aiguë, mélodique. 

"Un piano pour guitariste"


Musicien, chanteur, diplômé de musicologie. David Blamèble a commencé la musique à l'âge de 14 ans au sein d'un groupe formé avec ses copains.
À 16 ans, il apprend la guitare, se professionnalise et devient un guitariste reconnu. Ainsi, il va accompagner des pointures de la scène locale comme Jacob Desvarieux, Eric Virgal ou encore Dédé Saint-Prix en tournée nationale et internationale. 

En tant que guitariste j'ai toujours été, on va dire un peu frustré par rapport aux musiciens à clavier comme les pianistes qui peuvent utiliser leurs deux mains indépendamment l'une de l'autre.

 

J'ai trouvé dans le stick Chapman vraiment un outil favorable. En fait, c'est un piano pour guitariste où chaque main fait quelque chose de différent. 

 

J'ai découvert cet instrument en 2003, c'est aussi la période où j'ai découvert la technique du "tapping" à la guitare qui consiste à taper sur les touches au lieu de gratter les cordes. Et pour moi ça a été la révélation.

Le Chapman stick
Le Chapman stick est un instrument à corde. ©PPF

Dans un premier temps, David fait des recherches sur l'instrument, puis en 2008, il achète son Chapman stick et commence à le travailler. Valse créole, Reggae, Zouk, Soca, au fil du temps, il se l'approprie véritablement au point de ne plus avoir de limite. 

Tous les styles de musique sont praticables au stick, après il faut essayer. 

 

Je n'avais jamais vu du zouk joué au stick. En cherchant, en regardant, en essayant de comprendre un peu comment on joue nos propres musiques, j'ai adapté à l'instrument. 

 

Mon objectif est de mettre à l'honneur la musique antillaise à travers le stick Chapman parce que pour l'instant je suis le seul antillais à en jouer de manière caribéenne. 


Cette approche éclectique de l'instrument lui a permis d'être invité par le conservatoire de Nanterre en novembre 2019 afin d'animer une conférence intitulée "le Chapman Stick du rock au zouk".  

Affiche conférence David Blamèble
David Blamèble a animé une conférence sur le Chapman stick à l'université de Nanterre. ©Université de Nanterre

Un duo tout en douceur


Depuis 2017, David Blamèble forme un duo inédit baptisé "Evaïana" avec Noëmie Sordillon qui joue de la flûte Amérindienne. Deux artistes avec deux instruments particuliers. Ensemble, ils vont faire de nombreuses scènes comme la première partie de Bernard Lavilliers en 2018, celle de Pascal Obispo en 2019 ou encore l'ouverture du Festival Terre de Blues de Marie-Galante la même année. Le duo prépare son deuxième album, trois ans après le premier. 

Noëmie et moi on est vraiment de deux univers complètement opposé.

Moi, j'ai un style un peu volcanique, caribéen faut que ça bouge et elle, elle est plutôt musique posée et zen. Ça donne un mélange complètement atypique et beaucoup de gens s'y retrouvent.

 

Ça frappe de voir la masse sonore qu'on peut sortir seulement à deux personnes et les gens se retrouvent. C'est vraiment un métissage. Toutes les populations se retrouvent dans notre musique, ce que nous proposons. 


Autre de talent de David, le "beat box" qui consiste à réaliser des percussions avec la bouche. Une prouesse supplémentaire qui lui permet d'être un véritable homme orchestre. Il se produit de plus en plus en solo et décline les capacités de l'instrument... du rock au zouk. 

David Blamèble et son Chapman stick 2
David Blamèble est le seul antillais a joué du Chapman stick. ©PPF