Démantèlement d'un réseau de trafic de cocaïne par colis postaux

trafic de drogue
Colis suspect
La multiplication des contrôles et les risques encourus par les petits trafiquants les poussent de plus en plus à multiplier leurs envois de cocaïne vers la France et à réduire les quantités. ©OCRTIS Caraïbes
Un jeune homme originaire d'Ajoupa-Bouillon vient d'être arrêté et placé en détention. L'enquête démontre qu'il a expédié une dizaine de colis vers la France dissimulant de la cocaïne au milieu des épices et des bouteilles de rhum.
Le 19 octobre 2016, lors d’un contrôle douanier dans la zone du fret de l’aéroport du Lamentin, 2 kg 56 de cocaïne sont découverts à l’intérieur d’un colis à destination de la France.
 

Une méthode d'acheminement très simple 

Le magistrat du parquet de Fort-de-France saisi l’antenne Martiniquaise de l’OCRTIS (Office Central pour la Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants), dans le cadre d’une enquête préliminaire. Les premières investigations menées auprès de la société de messagerie chargée de l’acheminement du colis, permettent d’établir que depuis plusieurs mois, dans la région de Saint-Pierre, une seule et même personne procède à plusieurs envois de colis dans des conditions similaires.

"Cette personne dont les adresses et numéros de téléphone variaient lors de chacune de ces opérations, s’arrangeait systématiquement pour que la remise du colis ait lieu sur la voie publique et jamais à proximité de l’un des domiciles indiqués", précisent les spécialistes de la lutte anti-drogue. Au cours des semaines suivantes, les enquêteurs de l’OCRTIS mettent en place plusieurs dispositifs de surveillance.
 

De la cocaïne au milieu des bougies...

Le 7 novembre 2016 vers 16h00, un jeune homme originaire d’Ajoupa-Bouillon est finalement interpellé au Carbet alors qu’il s’apprête à remettre un nouveau colis à la société de messagerie. Lors de la fouille du carton, les agents de l’OCRTIS découvrent une caisse en bois conditionnée comme la précédente et renfermant un sachet, 87 grammes de cocaïne, dissimulé au milieu de bougies senteurs, d’épices et de bouteilles de rhum.

L’enquête a permis d’établir que le jeune homme a expédié une dizaine de colis selon le même procédé. Présenté au parquet, il a été mis en examen avant d’être conduit au centre pénitentiaire de Ducos.