publicité

La desserte aérienne des Antilles vers les États-Unis est en discussion

Qui remplacera la Norwegian Airlines, suite à son départ annoncé des Antilles à la fin du mois ? La Norwegian n’aurait pas complètement renoncé à relier Fort-de-France aux États-Unis...
 

© Norwegian
© Norwegian
  • Par Grégory Gabourg
  • Publié le
La SAMAC (Société par Actions Martinique Aimé Césaire), et la Norwegian Airlines sont toujours en contact. Un nouveau rendez-vous est prévu dans les prochains jours. Il se murmure que le transporteur, qui doit quitter les Antilles à la fin de ce mois, de mars 2019, négocie un retour en échange de conditions d’exercice plus avantageuses.
Que nenni, répond la SAMAC.

Alors, l’improbable pourrait-il se produire ? Il est encore trop tôt pour l’affirmer, rétorque l’exploitante de l’aéroport. Ce qui est sûr, c’est que les deux parties discutent toujours. Des négociations parmi tant d’autres. Car d’autres discussions sont en cours. Des contacts ont ainsi été noués entre la société aéroportuaire Martinique Aimé Césaire et plusieurs compagnies ces derniers jours, au salon aéronautique du Québec au Canada.
 

Ce marché n’a jamais vraiment attiré les compagnies aériennes


Car pas assez rentable ! Argument souvent entendu, et utilisé à nouveau par la Norwegian. Même Air Caraïbes, qu’on disait un temps tenté par l’aventure, a préféré faire du transatlantique, Paris/USA. Le réservoir est autrement plus important que Fort-de-France et Pointe-à-Pitre.

Les compagnies sont davantage intéressées par les marchés haïtien et anglophone, où le trafic est plus dense, avec plusieurs vols par jour. Rien à voir avec les Antilles et leurs quelques vols hebdomadaires. Liaisons assurées par American Airlines et Air France qui passent toutes les deux par Port-au-Prince (Haïti). C'est le meilleur moyen pour les deux transporteurs de minimiser les pertes.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play