Le maire du Diamant envisage de porter plainte pour profanation des statues des esclaves

faits divers le diamant
Anse Cafard
©Réseaux sociaux
Les photos sont sur les réseaux sociaux depuis deux jours et alimentent les commentaires. Une femme s’est faite photographier nue devant le mémorial de l’anse Cafard au Diamant. "C’est une offense aux Martiniquais", s'insurge le maire du Diamant qui envisage de porter plainte.
Haut lieu de la mémoire, le site de l'anse Cafard a été créé en hommage aux victimes d'un naufrage de navire négrier, dans la nuit du 8 avril 1830. Dans ce mémorial, des photos d'une femme nue circulent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. "C'est un lieu, d'histoire tragique et d'espace de recueillement. C'est une offense qui est faite aux Martiniquais" déclare le maire de la commune, Gilbert Eustache. Il annonce qu'il déposera une plainte dans les prochaines heures.

"C'est notre identité que l'on blesse"


Le maire du Diamant  signale qu’il s’agit de "photos qui datent de plus de 5 ans, et qui reviennent sur le devant de la scène par le truchement des réseaux sociaux. Il faut avertir tous les jeunes mais aussi la population. Ils ne sont pas suffisamment informés des conséquences mais aussi des diffamations et autres sanctions. Nous avons souvent à faire face à des personnes qui sont malades et qui font du n'importe quoi" , s'insurge Gilbert Eustache. 


Anse Cafard
©réseaux sociaux

Des photos qui datent de cinq ans ?


"Le mémorial est entaché, souillé et perverti, c'est notre identité que l'on blesse" peut-on lire sur le site de la ville du Diamant. Le concepteur du mémorial du Cap 11O, Laurent Valère, artiste plasticien, pense aussi que ces photos ne sont pas récentes, elles apparaissent à intervalles réguliers, dit-il à Christine Cupit de notre rédaction radio.

Laurent Valère

Les discussions sur les réseaux sociaux font débat. Les effets pervers illustrés par ces photos font réagir. "Provocations, insultes, défis, délire de touristes, injure au peuple Martiniquais"... chacun y va de son commentaire.