publicité

La diminution des contrats aidés crée des crispations

De nombreux élèves ont été invités à rentrer chez eux ce lundi matin (11 septembre). En effet, suite à la mobilisation de plusieurs syndicats SE-UNSA, SNES, FSU pour protester contre la suppression des contrats et le manque d’encadrement des élèves, l’accueil n’a pu être assuré.

Les enseignants, personnels d'éducation et parents d'élèves protestaient contre la suppression des contrats aidés et le manque d’encadrement des élèves. © C.C.
© C.C. Les enseignants, personnels d'éducation et parents d'élèves protestaient contre la suppression des contrats aidés et le manque d’encadrement des élèves.
  • Christine Cupit - Peggy Pinel-Féréol
  • Publié le , mis à jour le
"Vie scolaire, en pénurie !", "Insécurité dans les établissements !" scandaient les manifestants. Après un rassemblement à la maison des syndicats ce lundi matin (11 septembre), les grévistes ont défilé jusqu’à la préfecture pour y être reçus. Ils espèrent avoir des réponses concrètes à leurs nombreuses interrogations concernant la suppression des contrats aidés.

Selon les organisations syndicales, on est passé de 920 contrats en mars dernier, à 380 ce mois-ci, premier et second degré confondus.

De nombreux agents "se sont retrouvés sur le carreau" à la rentrée, alors qu’ils pensaient que leurs contrats seraient renouvelés. Mais l’encadrement et la sécurité des élèves souffrent également de cette situation.

"Les enfants ne sont pas en sécurité, il y a neuf postes en moins au collège de Ducos pour 975 élèves, ce n'est pas normal. Le 31 août, on leur dit qu'ils n'ont plus de contrats (...) Oui j'ai perdu mon travail, à ce jour je ne sais pas ce que je vais faire" confirme une collègue du lycée de Chateauboeuf.

Tous mobilisés


Dans le cortège, toute la communauté était représentée. Les enseignants se disent eux aussi concernés par la situation. Comme le précise cet enseignant du collège José Castandet ex Coridon à Fort-de-France, "quand on perd des personnes ressources de vie scolaire, nous, enseignants, nous sommes en difficulté aussi. À la rentrée, nous perdrons six postes cruciaux vie scolaire, encadrement de cantine ou bien secrétariat de gestion et le CDI, donc ça nous pénalise énormément alors que nous constatons une monté de l'effectif". 

Solidarité également des parents d’élèves, qui ont aussi battu le pavé. "Ça fait longtemps que l'on demande plus d'adultes dans les établissements, et on ne nous en donne pas. Non seulement on ne nous en donne pas, mais ils enlèvent ceux qui sont déjà là. C'est inadmissible, on ne peut pas accepter ça. Donc on demande aux parents de rejoindre le mouvement massivement. Nous ne céderons pas" argumente Claude Bertract secrétaire général de la FCPE. 
 
Après sa rencontre avec l’équipe préfectorale, la délégation s’est donné un délai de deux semaines pour obtenir des réponses concrètes. Cependant, elle précise que la mobilisation continue. La question de l’encadrement et de la sécurité des élèves risque très bientôt d’être soulevée à nouveau.
En effet, plusieurs établissements sont pressentis pour accueillir les enfants sinistrés de Saint-Martin. Ce qui signifie, davantage de travail pour le personnel de l’éducation nationale, avec des moyens humains revus à la baisse.

Sur le même thème

  • social

    Les employées de Jikaélé ne sont pas payées

    Les employées de l’association Jikaélé sont toujours en attente de leurs salaires du mois d’août dernier. La structure spécialisée dans l'organisation de centres de loisirs et séjours de vacances est en difficulté depuis plusieurs mois.

  • social

    Les services des impôts sont en grève

    Les agents du syndicat Solidaires Finances Publiques section Martinique sont mobilisés depuis ce jeudi matin (23 novembre). Un mouvement national pour dénoncer les dégradations de leurs conditions de travail. 

  • social

    Les syndicats de la CTM dénoncent les mauvaises conditions de travail

    Plusieurs organisations syndicales de la Collectivité Territoriale de Martinique, ont adressé un courrier au président de l'exécutif pour lui signifier leur préavis de grève illimité à partir du lundi 27 novembre. Ils dénoncent la dégradation des conditions de travail au sein de la structure.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play