Émeutes en Nouvelle-Calédonie : plusieurs commerces du Groupe martiniquais Bernard Hayot incendiés

Alors que Decathlon célèbre ses dix ans de présence en Calédonie, l'enseigne dédiée à la pratique sportive à Dumbéa est en flammes, le 14 mai 2024 dans la nuit.
L'île de l'océan pacifique est en proie aux violences urbaines depuis lundi (13 mai 2024). Une mobilisation contre la réforme constitutionnelle en cours d'examen à l'Assemblée nationale et qui veut élargir le corps électoral de l'archipel est à l'origine de cette situation. Un couvre-feu a été instauré après les violences notamment contre des commerces dont ceux du groupe martiniquais Bernard Hayot.

De nombreux commerces de l'île ont été incendiés ou pillés ces deux dernières nuits. Plusieurs enseignes du groupe martiniquais ont été victimes de ces violences urbaines.

Le Groupe Bernard Hayot est présent sur le territoire de l'Océan pacifique dans le secteur de la vente automobile, la location de véhicules, la vente de pneumatiques et de la grande distribution.

Les supermarchés Casino et hypermarchés Géant fermés exceptionnellement depuis 18h lundi 13 mai ont gardé portes fermées ce mardi 14 mai, jusqu'à nouvel ordre.

Mardi soir, le magasin dédié aux équipements de sports situé à Dumbéa a également incendié.

Alors que Decathlon célèbre ses dix ans de présence en Calédonie, l'enseigne dédiée à la pratique sportive à Dumbéa est en flammes, le 14 mai 2024 dans la nuit.

Joints par nos soins, les responsables du groupe nous ont indiqué ne pas souhaiter réagir pour l'instant.

Un couvre-feu a été décrété depuis 18 heures et jusqu'à 6 heures mercredi matin, pour les communes de Nouméa, Dumbéa, Mont-Dore et Païta.

Depuis lundi 13 mai, en marge d'une mobilisation indépendantiste contre la réforme constitutionnelle examinée à l'Assemblée nationale, des violences urbaines secouent l'île. Ce texte veut élargir le corps électoral de l'archipel.