En Haïti pas de cérémonie officielle pour commémorer le 11e anniversaire du tremblement de terre

océan atlantique
Haiti destruction tremblement de terre
Haïti, le tremblement de terre de 2010 a détruit la capitale Port-au-Prince. ©twitter

Dans sa note de presse, le gouvernement d’Haïti a décrété une journée de commémoration et de réflexion pour marquer le 11e anniversaire du séisme de 2010. Ce sont les médias et les internautes qui n'ont oublié ni les victimes, ni les rescapés qui vivent encore dans la misère.
 

Pour marquer ce onzième anniversaire du tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a tué plus de 250.000 personnes, le gouvernement d’Haïti a annoncé que le drapeau national sera en berne. Les discothèques et autres établissement resteront fermés. Il n’y aura pas de cérémonie officielle.

C'est en petit comité que le président de la République, Jovenel Moïse a déposé une gerbe au pied du monument des victimes érigé à Saint Christophe.

Recueillement en Haïti
Recueillement en Haïti, avec le président Jovenel Moïse, 11 ans après le séisme (12 janvier 2021). ©RTNH

Les médias et les internautes n’ont pas oublié cette date tragique.  

À 16h53 en l’espace de 35 secondes, plus de 250.000 personnes ont été tuées et plus d’un million d’autres ont été sinistrées dans un tremblement de terre de magnitude 7 sur l’échelle de Richter.

Des sinistrés oubliés par les autorités

 

Le quotidien le Nouvelliste a titré sur les personnes handicapées oubliées depuis 11 ans dans le Camp Lapis du Bas Delmas, à Port au Prince.

Des journalistes qui se sont rendus sur place ont trouvé 200 personnes qui vivent dans une misère absolue dans des logements provisoires conçus pour durer 2 ans.  Ça fait 11 ans qu’elles ont été parquées à Camp Lapis, oubliées par les autorités.

Il n’y a pas d’eau, pas de latrines. Les habitants se soulagent dans la nature. Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les habitants n’ont reçu que 150 masques de protection.

Haiti Camp Lapis
Haïti Camp Lapis ©lanouvelliste

 

Aujourd’hui les gangs ont investi le Camp Lapis. Les personnes handicapées vivent dans la peur. 18 logements ont été incendiés.

Une cinquantaine de pensionnaires du Camp Lapis ont été relogés au Village Lumane Casimir situé à Morne à Cabri, à 25 km au nord-est de Port-au-Prince.  Construit après le tremblement de terre pour héberger les sinistrés, le village est encore inachevé, sans eau courante, sans électricité et sans transport public.

Haiti Village Lumane Casimir
Haïti Village Lumane Casimir ©twitter

 

Dans un autre reportage, la Nouvelliste évoque les survivants du tremblement de terre qui souffrent encore du syndrome post-traumatique et de la dépression. Selon une étude menée à  l’hôpital psychiatrique, Mars et Kline, leurs efforts à se reconstruire sont aujourd’hui mis à l’épreuve face à l’insécurité et la stagnation de l’économie en Haïti.