En Martinique, les boulangers ne pâtissent pas de la crise

artisanat
Le secteur de la boulangerie semble résister à la crise sanitaire. ©Martinique la 1ère
C'est l’un des endroits préférés des gourmands qui s’y rendent plusieurs fois par semaine. La filière boulangerie, très sollicitée ces dernières semaines avec les fêtes de fin d’année et l’Épiphanie, semble moins affectée que les autres par la crise.

Impossible de rater le nouvel immeuble situé dans la rue principale du bourg. Mesures barrières obligent, seules quatre personnes peuvent entrer dans la boutique. Baguette santé, au fromage ou encore pain au charbon, les clients ont déjà leurs habitudes. Pourtant l'enseigne n'est ouverte que depuis le 15 décembre 2021. 

En atelier, l'artisan-boulanger dans la profession depuis 7 ans, a le sourire. Cette boulangerie est un rêve qui se réalise.

L'artisan-boulanger, Alekseï Persia, devant son four à sole. ©PPF

Depuis ma jeunesse, j'ai toujours voulu entreprendre. Au fil des années, j'ai voulu le faire dans un secteur qui me plaît, la boulangerie. Et surtout je voulais monter mon entreprise dans le nord. Je cherchais et il y avait la possibilité de reprendre une boulangerie existante donc j'ai sauté le pas et je me suis lancé dans cette aventure. 


Alekseï Persia, artisan-boulanger 

Mais ouvrir un tel commerce coûte très cher. Entre le four à sole, la chambre froide, la façonneuse ou encore les deux pétrins, plus de 260 000 euros ont été nécessaires rien que pour l'achat du matériel. Par ailleurs, l'établissement compte une dizaine de salariés, dont quatre embauches lors de la réouverture. 

Une vingtaine de nouvelles boulangeries en 2021


Les différents confinements et couvre-feux instaurés depuis mars 2020 et les différentes vagues de cas ont eu des effets. La filière est confrontée à une baisse d’activité depuis deux ans avec entre 15 et 20% de pertes sur le chiffre d’affaires annuel. Ces professionnels ont été contraints de s'adapter. Par exemple, produire moins pour éviter de trop grosses pertes. 

La boulangerie est un commerce essentiel. Nous n'avons pas subi de fermeture durant le confinement, cela nous a permis de continuer à vendre. Mais par rapport à la Covid, il y a des clients qui ne viennent pas. Nous avons fait un service de livraison pour leur fournir leur pain. Il y a également moins d'affluence lors des confinements puisqu'il y a moins de personnes dans les rues, donc cela affecte les ventes. Mais tout le monde mange du pain, donc il trouve toujours un moyen d'acheter du pain. 

Alekseï Persia, artisan-boulanger 

Le bilan est toutefois moins catastrophique que celui d’une majorité de secteurs d’activité. D'ailleurs, la Fédération des Boulangers de Martinique a enregistré, en 2021, autant sinon plus d’ouvertures d’établissements que de fermetures.

Salarié de la boulangerie en train de travailler. ©PPF

Selon le registre de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Martinique, 283 artisans-boulangers y sont inscrits. L'île compte entre 150 et 180 boulangeries. La filière représente entre 1 000 et 2 000 emplois directs et indirects.