Festival des petites formes : Desirada de Maryse Condé à l'Atrium ce soir, 1er février à 20 h

théâtre
Affiche pièce théâtre Desirada
©@Nathalie Coualy
Ce soir (1er février 2020), Nathaly Coualy et Igo Drané de la Compagnie Ah ! vont jouer la Désirada à 20 h dans le cadre du Festival des Petites Formes à l'Atrium (Fort-de-France). 

La Désirada ... un roman, des mots qui transpercent le coeur des hommes et des femmes au fil des pages. Ecrit par Maryse Condé, Prix de littérature de la Nouvelle Académie (Nobel alternatif), ce roman retrace le parcours de Marie-Noëlle née à La Désirade (Guadeloupe).

L'histoire : abandonnée dès la naissance, Marie-Noëlle ne trouve pas sa place dans sa famille d'adoption qui est pourtant la sienne. Un jour, sa mère se manifeste et la fait venir en France. Mère inconnue, terre inconnue. 

Commence alors pour elle une douloureuse enquête qui l'amènera à découvrir l'inavouable secret de sa naissance. Trois magnifiques portraits de femmes libres à tout prix, en lutte contre leur destin.

Un message que nous a offert Maryse Condé avec son sens de l'humanité dans ce livre paru en 1997. Une invitation à se laisser bercer par des mots universels, des souvenirs extraits de son enfance. 

Mais pour moi petite fille, c’était vraiment “Désirada”, l’île désirée, surgie devant les yeux harassés des marins de Christophe Colomb après des jours et des jours sur la mer, alors qu’ils se croyaient perdus et étaient sur le point de se mutiner. 


Dans un entretien accordé au quotidien La Croix (14 septembre 2019), le journaliste Laurent Larcher dira de cette grande dame :
 
"Maryse Condé n’a pas cessé de partir, de rompre, de s’éloigner, de recommencer, de revenir, de repartir".

Elle raconte le destin de ceux qui fuient les îles, qui ne restent pas. Répondant aux questions, elle tranche, coupe, se redresse, se tend de tout son long, s’accroche à sa télécommande, verse une larme, roule des yeux. Elle vit tout entière, là, devant vous. Âpre, parfois souriante, souvent intransigeante. Mais belle dans cette fragilité qui ne renonce en rien à poursuivre son exploration du monde, à se mesurer au racisme toujours là, au poids de l’histoire, des mémoires, des souffrances et des arrachements.


Ce soir (1er février 2020) , à l'Atrium, Nathaly Coualy et Igo Drané de la Compagnie Ah ! vont jouer la Désirada à 20 h dans le cadre du Festival des Petites Formes.

(Re) voir le reportage de Dominique Legros et d'Eddy Bellerose 
©Martinique la 1 ère

Le Festival des Petites Formes

Programme du festival des Petites Formes

Maryse Condé ou l'itinéraire d'une femme exceptionnelle

Maryse Condé est née en Guadeloupe et vit aujourd'hui à Gordes dans le Lubéron. 

Elle a étudié à Paris, avant de vivre en Afrique, d'où elle a tiré l'inspiration pour son best-seller : Ségou (Robert Laffont, 1985). Elle a publié plus d'une trentaine de romans, dont Moi, Tituba, sorcière (grand prix littéraire de la Femme, 1986), La Vie scélérate (prix de l'Académie française, 1988), Le Cœur à rire et à pleurer (prix Marguerite-Yourcenar, 1999).

Elle a enseigné la littérature à l'université de Columbia (New York), a longtemps partagé son temps entre son île natale et New York et vit désormais à Gordes. 

En 1993, Maryse Condé a été la première femme à recevoir, pour l'ensemble de son oeuvre, le prix Puterbaugh décerné aux États-Unis à un écrivain de langue française. Elle a été couronnée, en 2018, du Prix de littérature de la Nouvelle Académie (Nobel alternatif).

Dans un article du quotidien La Croix (14 septembre 2019) elle se livre ainsi au journaliste Laurent larcher :

"Quand j’étais jeune, je pensais sincèrement que nous allions bâtir un monde meilleur où les hommes seraient des frères, où le racisme et la domination des uns par les autres auraient disparu. Je me suis trompée. » Les hommes ne sont pas des frères. La promesse du progressisme a échoué".
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live