Les statues de Joséphine de Beauharnais et de Pierre Belain D'Esnambuc renversées par des activistes en Martinique

faits divers fort-de-france
Statue Joséphine par terre
La statue de Joséphine détruite par les activistes sur la Savane à Fort. ©François Marlin
C'est sur les réseaux sociaux que l'appel à "faire disparaître les monuments" avait été lancé il y a quelques jours. Les activistes ont tenu leur promesse et c'est à coups de massue qu'ils ont renversé la statue de Joséphine puis celle de Pierre Belain D'Esnambuc dimanche matin (26 juillet 2020). 
Au son du tambour, la massue s'abat sur le socle sur lequel est posée la statue de Joséphine de Beauharnais (depuis 1859), place de la Savane au centre-ville de Fort-de-France.

Les activistes se relaient pour faire tomber la dame déjà privée de tête depuis plus de 20 ans. Autour, plus d'une centaine de personnes chantent et filment la scène qui restera dans les mémoires. 
Puis, une fois détachée du socle, la statue est tirée à l'aide de cordes vers le sol. Peu après 11h40, elle est renversée et est couverte de feuilles de palmiers. Le feu y sera mis quelques minutes plus tard. 
Statue de Joséphine détruite
La statue de Joséphine déjà amputée de sa tête, il y a plus de 30 ans, a été détruite par les activistes, dimanche 26 juillet 2020 à Fort-de-France. ©François Marlin
Des personnels de la mairie de Fort-de-France sont présents sur place, mais n'ont pas tenté d'intervenir. 

Quelques minutes après, c'est cette fois la statue du colon Pierre Belain D'Esnambuc (installée depuis 1935), qui se retrouve au sol. Les activistes l'ont tiré avec des cordes jusqu'à ce qu'elle se détache du socle.
Statue de Pierre Belain d’Esnambuc renversée
La statue de Pierre Belain d’Esnambuc a été renversée ce dimanche 26 juillet 2020. ©François Marlin
Les activistes n'hésitent pas à sauter sur la statue dans une expression similaire à celle qui avait succédé à la démolition des statues de Schoelcher en mai 2020, à Schoelcher et Fort-de-France.


Par la suite, les activistes ont traîné la tête séparée de la statue du colon, dans la rue de la Liberté avant de la jeter dans la cour de la préfecture. 

Une partie des activistes a retiré la plaque de la rue Blénac et les autres sont restés pendant quelques minutes devant la préfecture, entourés de policiers. 

Le préfet de la Martinique condamne ces destructions


 

Ce dimanche 26 juillet 2020, à Fort-de-France, les statues de Pierre Belain d'Esnambuc et de Joséphine de Beauharnais ont été détruites par un groupe de militants politiques.

Le préfet de la Martinique condamne ces destructions qui sont l'action inadmissible d'une minorité violente.

Des commissions mémorielles ont été mises en place dans plusieurs communes. Ces initiatives permettront aux conseils municipaux de prendre des décisions respectueuses des convictions et des faits historiques.

L’État soutient ces initiatives car elles permettent le dialogue et s'inscrivent dans un débat démocratique. Laissons les commissions mémorielles faire leur travail.

Stanislas Cazelles, préfet de Martinique

Des précédents 


Ce n'est pas la première fois que ces statues sont attaquées. En 1991, un commando avait décapité la statue sur la place de la savane à Fort-de-France. Plus récemment, les activistes avaient taggué et mis le feu à la statue de Pierre Belain D'Esnambuc, lors d'une nuit de violence au centre ville du chef lieu

Le maire de Fort-de-France, Didier Laguerre envisageait de démonter la statue.Le 22 mai 2020, ce sont les statues de Victor Schoelcher situées à Fort-de-France et à Schoelcher qui avaient été renversées. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live