Haïti: le weekend et le début de semaine marqués par des scènes de chaos

monde
Haiti manifestations
A Port au Prince, plusieurs véhicules appartenant à l'État ont été incendiés. ©nouvelliste
À Port-au-Prince, la capitale haïtienne, ce weekend et ce lundi (14 septembre 2020), des véhicules de l’État ont été incendiés pendant des manifestations organisées, notamment par la police. Les agents contestaient la décision d’incarcérer 5 officiers au centre pénitentiaire national.
 
Aujourd’hui, lundi 14 septembre 2020, des pneus enflammés et des véhicules brûlés ont empêché la circulation dans la capitale Port-au-Prince. Les écoles et les commerces sont restés fermés.

Selon le journal Alterpresse, le mouvement de ce lundi a été orchestré par un groupe peu connu, le Fantom 509. Il exigeait la libération de Jean-Pascal Alexandre, un policier rattaché au Bureau de Lutte Contre le Trafic de Stupéfiants. Incarcéré depuis mai 2020, il est accusé d’assassinat, d’actes de vandalisme, de destruction de biens publics et d'atteinte à la sureté de l’État.
 

5 policiers libérés sur ordre du Premier ministre


Ce week-end c’est le Premier ministre d’Haïti, Joseph Jouthe qui est intervenu pour calmer les manifestations des policiers. Il a annulé la décision du Procureur de placer 5 officiers de police en détention provisoire au centre pénitentiaire national.

Les officiers en question, tous membres de l’UDMO, (Unité départementale de Maintien de l’Ordre), sont accusés d’avoir abandonné leurs postes.
Haiti policiers accusés
Les 5 policiers, membres de l'UDMO, l'Unité Départementale de Maintien de l'Ordre, accusés d'avoir abandonné leurs postes. Roddeley Pierre, Mackenson Cléus, Markenson Prévil, Anjou Orcel et Seneque. ©nouvelliste
Ils avaient la responsabilité de protéger la scène du crime après l’assassinat le 28 août 2020, du Bâtonnier, Maître Monferrier Dorval, devant son domicile. Ces officiers étaient absents quand des bandits ont saccagé les lieux.

Le Premier ministre a ordonné la libération des officiers, sous prétexte qu’ils n’étaient pas impliqués dans l’assassinat du bâtonnier.
Joseph Jouthe premier ministre d'Haiti
Joseph Jouthe, premier ministre d’Haïti. ©gazettehaiti

Il n’est pas question que l’on retienne des policiers au centre pénitentiaire national

Joseph Jouthe, Premier ministre d'Haïti


Les officiers ont été placés sous la responsabilité de l’IGPNH (l’Inspection Générale de la Police Nationale d’Haïti). Quatre personnes ont été interpellées dans cette affaire d’assassinat du Bâtonnier, Monferrier Dorval.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live