Hommage aux premiers indiens arrivés en Martinique dans le cadre du Mai de Saint-Pierre

culture créole
Les indiens de Martinique
Les indiens de Martinique forment une des composantes importantes du territoire. ©Martinique la 1ère

Comme chaque année, la ville de Saint-Pierre entame le mois de mai sous le signe des commémorations et du souvenir. Ce soir (jeudi 6 mai 2021), un hommage est rendu aux premiers indiens arrivés en Martinique. Rappel historique.

Les indiens constituent une des composantes de la société martiniquaise. ils sont des arrières petites-filles et petits-fils d’indiens, arrivés il y a 168 ans sur le territoire.

(Re)voir notre reportage avec Thierry Sokkan.

Le 6 mai 1853 à Saint-Pierre, débarquent des recrues qui répondent aux besoins des colons sur les habitations. En effet, après l’abolition de l’esclavage, les planteurs ont un besoin pressant de main d’œuvre.

Histoire des indiens de Martinique
©Martinique la 1ère

Les bateaux transportent en moyenne 450 à 500 indiens avec de nombreux décès à bord. Pour un voyage entre trois et 4 mois. On compte quelques  50 convois entre 1853 et 1884. Cette immigration dure 30 ans. C’est celle qui dure le plus longtemps. Elle est organisée avec des contrats d’engagement de 5 ans. Des indiens qui sont répartis sur les habitations entre les Trois-Ilets et le Macouba.

Les engagés sont logés et pris en charge sur les habitations. Mais le travail est pénible. La mortalité importante. On parle même de suicides. La tâche est pénible, les indiens subissent beaucoup de  mépris.

Ceux qui restent pratiquent leurs rites, cultes, coutumes, sur les habitations. Tradition que l’on retrouve encore de nos jours.

Les indiens de Martinique
Les indiens de Martinique se retrouvent en particulier dans le nord du territoire. ©Martinique la 1ère

Au terme de leur contrat,  certains se réengagent pour une durée similaire ou décident de s’établir dans la colonie  comme travailleur libre, d’autres, retournent en Inde. L’année 1884 marque l’arrêt de l’immigration. 

Après l’éruption de la montagne Pelée en 1902, de nombreux indiens quittent Saint-Pierre pour  Macouba et Basse pointe.