martinique
info locale

"Je suis venu à l'écriture par l'érotisme" (Patrick Platof)

livres
Patrick Platof
©Martinique 1ère
"J'aime la Femme, je suis amoureux de la Femme, pour moi la Femme est une quintessence". La femme est son sujet de prédilection. Patrick Platof a une passion pour l'écriture érotique. Autodidacte et de retour en Martinique depuis trois ans, il se consacre entièrement à sa passion.
Il se présente lui-même comme "un Gainsbourg", par rapport à sa façon de sublimer la femme, autant qu'un Brel ou un Jobby Bernabé". Patrick Platof n'a pas la prétention de se considérer comme un poète, mais plutôt comme un amuseur de mots. 

Quand il gribouille une idée sur un bout de papier, il ne sait jamais ce qu'elle deviendra puisque c'est sur son ordinateur qu'il laisse exprimer son inspiration. "Lorsque je commence à écrire, j'ai une idée, un thème dans la tête, une histoire qui arrive en toute honnêteté je ne sais pas qu'elle forme ça va prendre. Ça peut prendre une forme poétique comme ça peut prendre celle d'une petite nouvelle". 

Le premier déclic 

L'homme écrit sur tout. Sa vie, la nature de l'homme, l'actualité, la cuisine, ses échecs amoureux, tout l'inspire. "Il y a deux sujets que je m’interdis, ce sont les sujets politiques et religieux" dit-il. Mais son sujet de prédilection est la femme. "J'aime la femme, je suis amoureux de la "Femme". Pour moi la femme est une quintessence. C'est la femme qui révèle l'homme, sans la femme, on n’est rien”. C'est elle qui lui a donné le goût de l'écriture, lorsqu'il avait 14 ans. "Pour ne rien vous cacher, je suis arrivé à l'écriture par l'érotisme. L'une de mes premières lectures a été "les petits oiseaux" d'Anaïs Nin. J'ai découvert cet ouvrage et ça a été mon premier déclic et c'est de là que j'ai commencé à gribouiller mes premiers mots, mes premières lignes".

Un engouement pour l'écriture érotique

Le deuxième déclic viendra huit ans plus tard quand il revient vivre en Martinique. Il découvre la littérature antillaise avec des auteurs comme Aimé Césaire, Édouard Glissant ou encore Raphaël Confiant. Mais c'est "Alléluia pour une femme jardin" de René Depestre qui le marque tout particulièrement. Une passion pour l'écriture érotique qui a évolué au fil du temps et qui s'exprime désormais librement. "Depuis mes 40 ans, j'ai réellement commencé à assumer cet attrait pour l'érotisme chose qui n'était pas le cas quand j'étais plus jeune", confirme Patrick Platof. "Aujourd'hui j'ai envie de partager davantage et continuer à m'amuser en écrivant et puis avoir des retours critiques également". L'auteur autodidacte envisage de mettre ses textes sur un blog en ligne afin que tout un chacun puisse découvrir son univers.