José Lamartinière : une passion pour les touloulous

carnaval
José Lamartinière
José Lamartinière a découvert les touloulous en Guyane et depuis 10 ans il organise un bal le lundi gras en Martinique ©D. Bétis
José Lamartinière est connu dans le monde de l'automobile martiniquais pour avoir été coureur et dirigeant. Il a une passion aussi pour les touloulous depuis un séjour en Guyane. De retour au pays il organise depuis dix ans, tous les lundis gras, une soirée dénommée "la nuit des touloulous".
José Lamartinière, l’ancien coureur et membre fondateur de l’ASAM (Association Sportive Automobile de Martinique) n'est pas resté insensible aux charmes des touloulous de la Guyane.

Le fait d’avoir travaillé, habité en Guyane et arpenté les coulisses des temples mythiques guyanais de NANA et POLINA, lui a permis de découvrir la tradition guyanaise qu'il a "importé" en Martinique.

José Lamartinière adore danser sur la musique traditionnelle, biguines, mazurkas, haute taille et valse créole. Loin des sentiers battus et des querelles d'identification du lieu de naissance du touloulou, le voilà lancé à grande vitesse dans la valorisation du patrimoine martiniquais.
 

Danse, musique et costumes chic


Depuis dix ans, il organise chaque lundi gras une soirée des touloulous dont le principe est simple. Deux orchestres évoluent sur deux podiums dans la même salle et rivalisent toutes les trente minutes.

Petite dérogation à la tradition touloulou, et c'est valable uniquement le lundi gras, toutes les femmes non masquées sont acceptées.

"Le carnaval est une période de liesse populaire et de défoulement. On ne peut pas empêcher aux gens de danser et de s'amuser", plaide José Lamartinière.
Lundi gras (4 mars 2019), à la zone des mangles au Lamentin, deux formations expérimentées : Sapotille Créole du virtuose Gustave Francisque et Wazabi du maestro Georgi Bourdy vont animer cette fameuse soirée.
En dehors de la joute musicale, on regardera avec intérêt les costumes créés pour la circonstance par Gabrielle Talbot.