Kenia, une drépanocytaire qui garde le sourire face à l'épreuve

santé
Kenia Achy
Kenia Achy ©AG

Connue mais toujours aussi difficile à supporter. La drépanocytose est une maladie génétique héréditaire affectant les chaines de l'hémoglobine. Cette maladie, apparue en Afrique et en Inde, est très fréquente aux Antilles et au Brésil. Témoignage d'une drépanocytaire, Kenia Achy. 

 

Bien que très connue, la drépanocytose est une maladie pour laquelle il n’existe pas de traitement curatif. La prise en charge consiste à soulager les douleurs en période de crise, prévenir le risque d'infections graves et prendre en charge les complications.

Le 19 juin marquait la journée mondiale de la drépanocytose, la maladie génétique la plus répandue au monde. A cette occasion, nous vous proposons une rencontre avec une jeune femme qui vit avec la drépanocytose et qui tente de garder le sourire.

On estime qu’elle concerne plus de 150 millions de personnes. Ce qui caractérise donc cette maladie, ce sont les globules rouges qui ont une forme de faucille, de croissant de lune. Il s’agit d’une altération de l’hémoglobine, principal constituant du globule rouge, qui assure le transport de l’oxygène dans le sang et la distribution à tous les organes.

Lorsqu’une personne est atteinte de drépanocytose, ses globules rouges déformés ne peuvent plus circuler correctement dans les vaisseaux sanguins. C’est une maladie très handicapante et contraignante.

Nous vous proposons le témoignage d’une martiniquaise, Kenia Achy, âgée de 28 ans et diagnostiquée drépanocytaire depuis son plus jeune âge.

Elle vit aujourd’hui avec cette pathologie en Martinique et souffre surtout des conséquences de la drépanocytose sur son organisme… Elle fait de rares crises mais la maladie n’altère en rien sa joie de vivre.

Kenia Achy interrogée par Audrey Govindin

Kenia Ashy, drépanocytaire