L’arrêt des compétitions sportives en Martinique est un casse-tête pour des présidents de ligue

coronavirus
Handball
©Marc-François Calmo

Calendrier perturbé, report... l'arrêt du sport en salle en Martinique pose de nombreux problèmes aux présidents des différentes ligues concernées. Tous jouent l'apaisement et espèrent que la situation ne va durer que trois semaines.

Basket, volley, hand... les saisons 2020 et 2021 pour les sports de salle sont compliquées. À compter du lundi 29 et jusqu’au 18 avril 2021, les entraînements et les compétitions seniors dans les ERP (Établissements Recevant du Public de type X (salle, gymnase, hall...) sont interdits. 

"La prudence était de mise" 


Frédéric Flammand, le président de la ligue de handball de Martinique, comprend cette décision et s’y était préparé.

La prudence était de mise face à la situation.

Nous attendions les arrêtés, surtout après les différentes rumeurs qui ont circulé.

 

Ce que je retiens, c’est qu’il y a eu une tolérance de la part de l’État et de la DRAJES, pour que les rencontres de ce week-end aient eu lieu. Ainsi, la mesure est moins brutale.

 

Par chance, elle tombe alors que nous débutons la trêve pascale, ce qui nous permet de mieux supporter la supporter.

 

"Nous avons des ressources"

 

Nous avons prouvé avec cette crise qui dure depuis plus d’un an, que nous avons des ressources pour nous adapter.

 

Déjà, dès jeudi dernier, nous nous sommes adapté au couvre-feu en annulant les deuxièmes rencontres pour que tout le monde puisse regagner son domicile en temps et en heure.

(Frédéric Flammand)

 

 

Arsenal du Robert (Handball)
©Martinique la 1ère

 

 

Un calendrier "complexe"

 

"Le calendrier des prochaines rencontres va être complexe" ajoute Frédéric Flammand. Mais l’homme fort du hand martiniquais reste "confiant". Il ne reste plus qu’une seule journée de championnat. Il souhaite qu’elle se déroule le plus tôt possible, afin de prévoir les phases finales ainsi que la coupe de Martinique (demi-finale et finale), et avec toutes ces rencontres, il estime qu’il va manquer une semaine. 
 

"La mort de nos disciplines"

 

Ronald Régna, le président de la ligue de volley-ball de Martinique, est quant à lui perplexe et il s’interroge. En effet, les compétitions n’ont pas pu se dérouler d’octobre 2020 à janvier 2021. Elles n’ont repris qu'à la mi-février.
 

Il s’agit d’un coup dur porté à l’ensemble des disciplines de salles de Martinique. Il va falloir trouver un moyen pour remédier à cette situation car sinon il s’agit de la mort de nos disciplines.

Ronald Régna

 

 

Volley-ball féminin
Les filles de l'Espoir de Sainte-Luce battent celles du Good Luck (en noir) 3 sets à 0, samedi 23 avril 2016 au palais des sports de Rivière-Salée ©Franck A

 

 

Une organisation à revoir 

 

Le président se satisfait d’avoir réussi à organiser les demi-finales et la finale de la coupe de Martinique 2020 sur deux jours (les 20 et 21 mars 2021), mais il ne sait pas comment va se dérouler le reste de la saison.

La priorité est de terminer le championnat. Ronald Régna ne sait pas non plus quand va se dérouler la coupe 2021."Les premières rencontres de cette épreuve devaient avoir lieu la semaine prochaine"

Le président se félicite de la formule allégée qui a été mise en place pour aller au bout du championnat, cependant, il ne sait pas si cela va suffire. En effet, les play-offs devaient durer trois semaines, en avril prochain. 

L'espoir est permis 

 

Il y a de l’espoir car les jeunes, les mineurs, sont encore autorisés à pratiquer et cela c’est très important pour nous, quelle que soit la ligue, pour garder nos disciplines en vie, en mouvement et créer ce que l’on doit faire, c’est à dire susciter l’envie, des vocations, plus particulièrement chez nos enfants.

Ronald Régna