L’économie bleue : vers la création de nouvelles filières en Martinique

environnement
Bateau à fond de verre
Bateau à fond de verre dans la marina du Marin. ©Olivier Nicolas dit Duclos

Scène plutôt inédite ce lundi (29 mars 2021) dans la baie du Marin. Une dizaine de demandeurs d’emploi était en ballade sur l’eau en compagnie de professionnels du secteur maritime, afin de découvrir de nouvelles filières d’emploi, autour de la dépollution marine et sous-marine.

La ville du Marin a connu un essor extraordinaire depuis plusieurs années grâce à son port. Rodolphe Désiré, maire visionnaire de l’époque, avait mis toute son énergie dans un projet résolument tourné vers la mer. Il ne s'attendait sans doute pas à ce que sa ville soit aujourd’hui victime de son succès.

Plusieurs décennies plus tard, force est de constater que la baie du Marin souffre d’une sur activité et surtout d’un oubli total. Le développement du port s’est fait au détriment de la pollution des nombreux bateaux visibles sur les communes du Marin, de Sainte-Anne, de Rivière Pilote et même de Sainte-Luce.

Marina du Marin
Marina du Marin. ©Martinique la 1ère

Les conséquences sur l’environnement sont évidentes. De nombreuses carcasses sont échouées dans la mangrove. Des épaves qui polluent l’eau à chaque instant. Et puis il y a aussi les rejets des nouveaux arrivants. Fort de ce constat, l’agence Pôle Emploi du Marin a monté un projet qui s’inscrit dans le cadre de la semaine de l’emploi maritime qui se déroule en ce moment au plan national. Le but de l’opération était très simple : permettre à quelques personnes en quête d’activité, de découvrir de nouveaux débouchés, en s’appuyant sur l’expérience de professionnels du secteur, en sortie également avec eux.

Titre de brochure
©Olivier Nicolas dit Duclos

Une expérience fort concluante car ces jeunes ont vite compris l’intérêt de ces nouvelles filières. Il s’agit certes de trouver une activité, mais aussi de s’inscrire dans le développement durable de leur pays Martinique.

Sarah Amiri (à la recherche d’emploi)

Sarah Amiri à la recherche d’emploi

Alain Gibus (demandeur d’emploi)

Alain Gibus demandeur d’emploi

Environ 150 épaves de bateaux en Martinique

 

Et du travail, il en a et il y en aura encore. En fait, c’est toute une filière qu’il faut mettre sur pied. Les besoins existent même si les métiers doivent encore être définis. Il pourrait en exister 150 en tenant compte des besoins exprimés des professionnels présents sur le Port du Marin.

Béatrice Doré (conseillère Pôle Emploi dédiée aux entreprises). 

Béatrice Doré conseillère Pôle Emploi dédiée aux entreprises

Cette filière  "dépollution" n’est pas qu’une action mise en avant lors de la semaine de l’emploi maritime. C’est une vraie réalité pour notre Martinique, à tel point qu’à la rentrée de septembre 2021, le lycée Raymond Neris du Marin inaugurera un baccalauréat professionnel dédié à ce secteur de la dépollution marine et sous-marine.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live