La fondation du patrimoine donne un coup de pouce de 150 000 euros pour restaurer le voilier le Toumelin en Martinique

patrimoine
Le Toumelin
Le Toumelin ©Philippe Villard

Le voilier Le Toumelin sera restauré pour participer à la promotion du tourisme à la Martinique avec l'aide de la Fondation du patrimoine. L'objectif est de donner du travail aux entreprises locales du patrimoine et de former à des métiers non délocalisables.

La Fondation du patrimoine crée un Fonds Impact afin d’apporter une aide significative à 5 projets patrimoniaux, sélectionnés cette année pour leur caractère exemplaire et leur portée sur le développement local.

En Martinique c'est le voilier Le Toumelin qui sera restauré pour participer à la promotion du tourisme à la Martinique (150 000 €).

Ces dotations seront accordées grâce aux dons de la collecte nationale « Plus jamais ça ! » affectés aux travaux de sécurisation de l’église de Chauvirey-le-Chatel, et aux ressources propres de la Fondation du patrimoine.

Celles-ci sont alimentées par les successions en déshérence collectées par les agents de la direction générale des finances publiques (ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance) et attribuées par la loi à la Fondation du patrimoine.

Outre qu’elle permet de conserver vivants les trésors de notre histoire en les maintenant accessibles au public, la sauvegarde du patrimoine participe à la relance économique durable.

Dans le contexte actuel de crise économique et sanitaire, elle donne du travail aux entreprises locales du patrimoine et forme à des métiers non délocalisables.

C’est un moteur de la croissance verte qui contribue à la sauvegarde des paysages et de la biodiversité, à la préservation des espaces naturels et agricoles, et améliore l’impact carbone des constructions et logements.

Le Toumelin emblématique de la grand-voile de tradition

 

Emblématique de la grand-voile de tradition Le Toumelin, inscrit au titre des monuments historiques, a été conçu dessiné et construit par le capitaine Pierre Brenet, navigateur et charpentier de marine.

Ses plans de coque sont inspirés de ceux des Terre-Neuvas, voiliers de charge performants qui pêchaient la morue au large de Terre-Neuve et la transportaient vers l’Europe et les Antilles, où le poisson séché et fumé était débarqué pour faire place aux tonneaux de rhum convoyés vers l’Europe.

Sa particularité est que sa coque est en voile de béton.

Reconnaissance de sa technicité lui a été donnée en 2012 lors du Symposium International du ferrociment où le navire était présenté comme exemple de réussite d’un ouvrage en milieu marin.

Valorisation de l'économie bleue

 

Premier navire inscrit au titre des monuments historiques d’Outre-Mer, ambassadeur de la Martinique, Le Toumelin s’inscrit dans l’ « économie bleue » de l’île.

Il sera géré par l’association Martinique Voile d’Antan, agréée Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale.

Il sera un outil de promotion de l’île, ses entreprises et ses produits, lors de grandes manifestations nautiques caribéennes et métropolitaines (Antigua, Saint-Barthélemy, Brest, Rouen, etc.).

Réarmé sous statut de navire de plaisance à utilisation commerciale (NUC) après sa rénovation, il accueillera croisières de tourisme culturel et réceptions et réalisera des échanges entre les îles des Caraïbes.

A ces occasions, en partenariat avec l’Ecole de formation professionnelle maritime et aquacole de Martinique, le trois-mâts recevra à son bord des élèves pour valider leur diplôme. Il accueillera également des actions pédagogiques auprès des scolaires, comme l’éveil et la sensibilisation à l’écologie marine. Il réalisera également des missions d’océanologie en partenariat avec l’Université des Antilles.

Un voilier en péril

 

Après plus de 30 années d’exploitation et 45 ans en eau de mer pour la coque, la rénovation complète du navire s’imposait, notamment pour répondre aux prescriptions émises par l’autorité de tutelle du navire NUC.

L’usure du gréement, la dégradation des bois extérieurs (rambarde et lisses, du château- arrière, des équipements, etc.) ne permettent plus sa navigation en toute sécurité.

Il s’agit d’une rénovation complète du voilier, supervisée par la Direction de la mer - Service sécurité des navires.
Le démarrage des travaux date de février 2020 et la fin fin est estimée avant la fin juin 2021.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live