La marque "Cœur Martinique" pour inciter à acheter local

consommation
Les signataires de la charte ont présenté la marque "Coeur Martinique" (6 juillet 2022). De gauche à droite : François Despointes (Syndicat de la Distribution et des Grossistes Alimentaires), Josiane Capron (AMPI), José Maurice (Chambre d'Agriculture), Nicaise Monrose (conseiller exécutif Développement Économique), Carole Foulard (CCIM), Henri Salomon (Chambre de Métiers et de l'Artisanat). ©Grégory Gabourg
Les signataires de la charte du 13 octobre dernier, les trois chambres consulaires ainsi que l’AMPI et le Syndicat de la Distribution et des Grossistes Alimentaires, ont présenté, mercredi 6 juillet 2022, leurs premières actions et lancé leur toute nouvelle marque, "Cœur Martinique", représentative de la production locale.

"Cœur Martinique" est le nom de la toute nouvelle marque lancée mercredi 6 juillet 2022 par les signataires de la charte en faveur de la production locale (Chambre de Commerce et d'Industrie, Chambre de Métiers, Chambre d’Agriculture, AMPI, Syndicat de la Grande Distribution).

Elle veut valoriser les produits de Martinique, qui doivent être, selon les acteurs "plus visibles, mieux connus et mieux consommés"

Coeur Martinique est une marque ombrelle qui n'empêche pas les différents signataires de la charte, de mettre à côté leur marque spécifique, mais qui montre bien que la production locale est fédérée et qu'elle a décidé d'oeuvrer ensemble. Certes il y a le problème du prix. Mais nous rappelons aux consommateurs que plus ils font l'acte d'achat de la production locale et plus nous pouvons baisser nos prix parce qu'ils nous permettrons de réaliser ce que l'on appelle les économies d'échelle.

Josiane Capron, présidente de l’AMPI, l’Association Martiniquaise pour la Promotion de l’Industrie, interrogée par Grégory Gabourg et Cyriaque Sommier

Logo de la marque Coeur Martinique. ©DR


Une marque symbole que les signataires voudraient voir davantage dans les grandes surfaces.

Ce n'est pas une charte de plus. Des chartes associées d'engagements très concrets comme nous venons de le faire, cela n'existe pas. Aujourd'hui notre engagement est écrit, nous en sommes responsables. Je crois que les planètes sont alignées pour que la production locale puisse émerger. Nous avons connu des crises successives récemment avec la Covid-19, la guerre en Ukraine, les difficultés de transport mondial. La production locale est importante et doit être développée, c'est le sens de notre engagement aujourd'hui.

François Despointes, président du SDGA, le Syndicat de la Grande Distribution, interrogé par Grégory Gabourg et Cyriaque Sommier

C’est presque un nouveau modèle de consommation que proposent les professionnels de Martinique.