La Martinique inspire l'artiste Bourguignonne Sylvie Fuet

art
Sylvia Fuet
L'artiste Sylvia Fuet est tombée amoureuse de la Martinique. ©Daniel Betis
Sylvia Fuet fait partie de cette génération de peintres, qui met en exergue la vie antillaise à travers leurs productions, l’expression des corps et du visage.

Son histoire est celle de l'amour. La bourguignonne, née à Saint Vallier, a toujours été fascinée par le dessin.

En 1993, Sylvie Fuet effectue son premier voyage en Martinique. Elle est subjuguée par le mouvement perpétuel des habitants. "Au marché, la dimension de vie est vive. Le dimanche les courses de yoles demeurent le théâtre d’une grande communication", confie-t-elle.

Tableau course de yoles
Une course de yoles, un des attraits de la culture martiniquaise. ©Daniel Betis

Sylvie Fuet est sous le charme et décide de venir vivre en Martinique. Après de nombreux voyages entre les Antilles et sa Bourgogne natale (1993-2002), elle s’installe en 2003, au quartier Redoute en Martinique. "Cela m'a permis d’être proche des thèmes qui me passionnent afin de réaliser une peinture vivante, colorée et réaliste".

La peinture de cet artiste s’affirme dans un réalisme qui fait appel aux détails, aux couleurs chatoyantes et surtout aux mouvements. Ses œuvres décrivent des attitudes et affichent l'identité martiniquaise.

Tableau (tendresse)
L'expression de la tendresse sous les pinceaux de Sylvia Fuet. ©Daniel Betis

La plasticienne met l’accent sur l'environnement et l'harmonie. Son exposition est installée pendant ce mois de mai 2022 en plein cœur du centre-ville de Montceau-Les-Mines (département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté).

Tableau de femmes
Tableau de Sylvia Fuet. ©Daniel Betis

Qui est Sylvie Fuet ?

Celle qui se définit comme peintre tropicalisée, a participé à plusieurs salons de notoriété en France. Les Arts 3F à Paris 2016. Le festival d’art contemporain à Carpentras (2018-2019-2020). Relais des muletiers en 2021.

Aux Antilles et dans la Caraïbe, elle est connue. Elle a exposé en 1997 au Conseil général de la Martinique puis en Guadeloupe.
2003, à la bibliothèque Schoelcher à Fort-de-France.
2005, à l’Atrium, puis à Schoelcher.
2006, au casino de Schoelcher et au centre Rémy Nainsouta à Pointe-à-Pitre.