La solidarité s'organise autour d'un Martiniquais hospitalisé au Cameroun

faits divers
Patrick Cilpa
Le Martiniquais Patrick Cilpa, couché sur un lit dans une clinique du Cameroun. ©RS

Un Martiniquais hospitalisé dans une clinique du Cameroun, est en passe d'obtenir l'aide qu'il a réclamé dans un message mis en ligne sur les réseaux sociaux.

Patrick Cilpa est alité dans une chambre d’une clinique privée à Yaoundé (Cameroun). 

Cela fait près de 2 mois qu’il est malade, il ne peut pas marcher. Installé depuis peu à Lyon, cet homme originaire de Trinité (Martinique), est arrivé au Cameroun pour fuir le confinement de la fin de l’année dans l’hexagone.

Il y a quelques semaines, il décide de revenir en Martinique. Il se rend dans une boutique du Cameroun pour ramener quelques souvenirs...et tombe malade.

(Re)voir notre reportage avec Olivier Nicolas dit Duclos.

Un Martiniquais malade au Cameroun demande de l'aide à travers les réseaux sociaux

Le conseiller territorial Richard Barthelery est son ami d’enfance. Ils ont tous les deux grandi dans le bourg de Trinité. Tous les jours Richard Barthelery et d’autres Trinitéens, sont en contact avec lui.

Le problème, c’est que Patrick Cilpa n’a pas de quoi payer son rapatriement du Cameroun.12 000 euros et près de 3 000 euros que lui demande la clinique dans laquelle il est hospitalisé à Yaoundé.

Il a donc lancé un appel de détresse, jeudi dernier (18 mars 2021) sur les réseaux sociaux. Appel qui a été entendu en Martinique puis au Cameroun par une avocate. Une Martiniquaise, présidente de l’association des Antillais du Cameroun.

À Trinité le maire s’est lui aussi inquiété de savoir comment il pouvait aider Patrick Cilpa. Il a interrogé les autorités, sans réponse.

L’ambassade de France à Yaoundé a promis à Patrick Cilpa de le faire revenir en France. Mais les hôpitaux sont surchargés à cause de la Covid-19.

Patrick Cilpa estime qu’il subit une injustice, qu’il aurait déjà dû être pris en charge par l’ambassade de France, et qu’il appartient à l’État de payer son rapatriement sanitaire. 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live