Le constat alarmant des autorités sur la flambée de la violence en Martinique

justice
Reportage d'Aurélie Treuil, Patrick-Jean Guitteaud et Jean-Marc Kennenga ©Martinique la 1ère
La Martinique dénombre de nombreux homicides par armes à feux depuis le début de l'année. La procureure de la République, Clarisse Taron, au cours d'une conférence de presse, lundi 26 septembre 2022, à Fort-de-France, reconnait qu'enrayer la prolifération de cette violence sur l'île est difficile.

Un homme mortellement blessé par balles à Sainte-Marie jeudi (22 septembre), un autre au Lamentin dimanche (25 septembre), deux meurtres qui viennent s'ajouter à une liste déjà longue. 

La procureure de la République, Clarisse Taron, traite 22 dossiers d'homicides, rien que pour cette année. 19 impliquent des armes à feux, trois des armes blanches. Sur ces nombreuses affaires, 9 ont fait l'objet d'une ou plusieurs interpellations. 

À cela s'ajoute les tentatives d’assassinat, une soixantaine cette année, rien qu’à Fort de France et le Lamentin.

Tous les deux jours, une arme à feu est utilisée en Martinique 

La circulation des fusils est un véritable fléau. Des armes qui suivent le même chemin que les stupéfiants. La Martinique est une plaque tournante du trafic de cocaïne entre l’Amérique du Sud et l’Europe.

Le manque de moyens humains et matériels est pointé du doigt. Une situation qui rend difficile les enquêtes de fond. La justice ne peut que prévenir la récidive à travers les peines pénales, et là aussi, les tribunaux sont débordés. 

Résultat, des affaires sont jugées en correctionnelle alors qu’elles devraient l’être à la cour d’Assises. En bout de chaîne, une prison au bord de l’asphyxie.