Le gouvernement souhaite transformer le pass sanitaire en pass vaccinal, un test négatif ne suffira plus

coronavirus
intégralité intervention Jean Castex (vendredi 17 décembre 2021) ©France 2
Le pass sanitaire va devenir en début d'année un "pass vaccinal", qui ne pourra être activé qu'avec un schéma vaccinal complet et non plus un simple test négatif, a annoncé vendredi 17 décembre 2021, le Premier ministre Jean Castex.

Le Premier ministre s'est exprimé alors que la France traverse une cinquième vague de l'épidémie et que le variant Omicron menace de saturer les services hospitaliers dans les semaines à venir.

"Désormais seule la vaccination sera valable dans le pass", a insisté le chef du gouvernement à l'issue d'un conseil de défense sanitaire de ce vendredi 17 décembre 2021. 

"Un projet de loi sera soumis au Parlement début janvier notamment pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal, et durcir les conditions de contrôle et de sanctions contre les faux pass", a -t-il poursuivi.

"Il n'est pas admissible que le refus de quelques millions de Français de se faire vacciner mette en risque la vie de tout un pays et entame le quotidien d'une immense majorité de Français qui a joué le jeu depuis le début de cette crise", a martelé le chef du gouvernement.

"Je procéderai en début de semaine prochaine à une concertation préalable sur ce projet, ainsi que sur toute autre dispositions utiles pour étendre au maximum la vaccination. Nous assumons de faire peser la contrainte sur les non vaccinés, car les services de soins critiques et de réanimation de nos hôpitaux sont remplis, pour l'essentiel, de personnes non vaccinées", a expliqué Jean Castex.

Parallèlement "seront amplifiées les démarches dites +d'aller vers+ en direction des populations qui ont pu passer à côté de la vaccination par méconnaissance ou parce qu'elles sont traditionnellement les plus éloignées du système de soins", a-t-il poursuivi.

Le délai pour accéder au rappel vaccinal sera ramené à quatre mois au lieu de cinq.
Le variant Omicron, dont la vitesse de propagation est "fulgurante autour de nous en Europe", "va se diffuser très rapidement au point de devenir dominant dès le début de l'année 2022" en France, a aussi estimé Jean Castex.