Le Lycée Schoelcher divise la communauté éducative

politique
Lycée Schoelcher
La communauté éducative souhaite des réponses aux nombreuses interrogations de la prochaine rentrée scolaire ©Jean-claude Samyde
Nouvelle mobilisation pour le lycée Schoelcher, ce mardi 26 avril. Personnel, parents et lycéens souhaitent des réponses aux nombreuses interrogations de la prochaine rentrée. Les syndicats ont des positions différentes sur ce dossier à 4 mois de la rentrée, et tous ne suivent pas le mouvement. 
Personnel, parents et lycéens se mobilisent ce mardi 26 avril et souhaitent des réponses aux nombreuses interrogations de la prochaine rentrée scolaire. En assemblée générale, le mercredi 20 avril 2016, la communauté éducative constate qu'un grand nombre d'interrogations quant à l'avenir de l'établissement reste sans réponse. Et l’ensemble du personnel du lycée dans un communiqué du SNES-FSU justifie la mobilisation du mardi 26 avril . "Nous exigeons que des scénarios plus réalistes puissent être proposés afin d'accueillir les élèves et les personnels dans des conditions décentes. La solution du lycée de transit nous semble la plus appropriée et doit donc être réenvisagée".  

De son coté le  syndicat des enseignants, le SE-UNSA de Marlène Lecefel manifeste son inquiétude quant à la décision de répartir 970 élèves et enseignants sur les sites des lycées de Bellevue de Joseph Gaillard et de Jean-Joseph Dumas sur une période de trois voire de quatre ans. "Comment peut-on en toute objectivité croire que ce redéploiement n'affectera pas, à plus ou moins court terme, la structure pédagogique de ce lycée ? "et le SE-UNSA met en avant les nombreuses interrogations (problèmes juridiques, de sécurité, d'organisation, de cohabitation, etc) suscitées par la mise en œuvre de ce projet pour la prochaine rentrée.


Deux syndicats ne se mobilisent pas 

L’UGTM-Education et CSTM-Education  affirment que les personnels enseignants et non enseignants ne sont pas unanimes sur l’appréciation de la situation. Jocelyn Jaubert (CSTM) et Patrick Jean-Baptiste (UGTM) dans un communiqué commun se disent conscients de la situation d’urgence. " Nous ne trouverons pas, dans toute situation transitoire, des conditions idéales de fonctionnement, nous appelons les personnels à porter toute leur attention aux propositions qui sont faites, à les analyser avec une plus grande sérénité et à faire remonter toutes leurs remarques afin que les conditions de travail et d’accueil des élèves soient les meilleures possibles à la rentrée 2016". 

Cette mobilisation sera auscultée ce mardi 26 avril par les différents membres de la communauté éducative. Une opération molokoy est prévue jusqu'à la CTM où se déroule un comité de pilotage pour le redéploiement des effectifs sur d'autres établissements de Fort-de-France.