martinique
info locale

Le présumé djihadiste n'est plus dans un bungalow mais en prison

faits divers
Voiture de gendarmerie
Devant l’auberge du Morne-Rouge où le présumé djihadiste était assigné à résidence depuis 2014. ©Martinique 1ère
Le présumé djihadiste marocain, Rachid Rafaa, est en détention provisoire au centre pénitentiaire de Ducos depuis hier après-midi pour s’être soustrait aux règles de son assignation à résidence au Morne-Rouge. Une affaire qui suscite bien des interrogations...
Rachid Rafaa est en prison après 26 jours passés en forêt. L'informaticien marocain, sous le coup d’un mandat d’arrêt international, a été interpellé par les gendarmes dimanche (21 août) près de l'auberge où il était assigné à résidence au Morne-Rouge depuis 2014. Le sympathisant présumé de la cause islamiste avait disparu depuis le 27 juillet dernier. Alors que certains pensaient qu’il avait quitté la Martinique, il est finalement resté à proximité du bungalow du Morne-Rouge. 
Des questions après l'arrestation du présumé djihadiste marocain ©martinique

Les gendarmes avaient une piste...

Depuis quelques jours, les gendarmes privilégiaient l’hypothèse selon laquelle, l’intéressé était encore en Martinique. Ils ont donc monté un dispositif depuis la semaine dernière, qui a permis d’arrêter Rachid Rafaa sans difficultés, dimanche soir. "L'homme se serait isolé dans la nature, dans la zone caraïbe et s’est probablement alimenté dans les parages de l’auberge où il était assigné à résidence", avance la direction de la gendarmerie. Il a été interpellé lorsqu’il est revenu sur la zone de l’auberge.

Les circonstances de cette disparition puis de l'arrestation du présumé djihadiste marocain, rendent perplexes les internautes :
Capture FB
©FB
Capture Twitter
©Twitter

Qu'a-t-il fait pendant 26 jours de cavale ?

Rachid Rafaa a été présenté lundi après-midi (22 août) devant le juge d’instruction puis celui de la liberté et de la détention au palais de justice de Fort-de-France. Il a donc été placé en détention provisoire le temps pour le juge de savoir pourquoi il s’est enfui ? Dans quelle condition ? Qu'a-t-il fait pendant 26 jours de  cavale ? Pourquoi revenait-il près de l'auberge ? Des complices lui ont-ils apporté une aide et sous quelle forme ? 

Les gendarmes précisent que des auditions sont en cours pour apporter des réponses à ces questions essentielles. Pendant son assignation à résidence, Rachid Rafaa avait accès à internet lors de ces deux dernières années. Dans ce contexte d'attentats contre la France, a-t-il eu des contacts avec Al-Qaïda ? S’est-il radicalisé ? 

Pour s’être soustrait des règles de son assignation à résidence, Rachid Rafaa risque désormais une peine maximale de trois ans de prison. Il restera en détention en attendant son procès devant le tribunal correctionnel de Fort-de-France...à moins d'un nouveau retournement de situation...