Le retour des motifs impérieux pour les déplacements aériens et maritimes entre la Martinique, la Guadeloupe et Saint-Martin

coronavirus
Passagers
passagers du réseau régional au départ de Fort-de-France ©JCS
Cette décision a été prise par les préfets de Martinique et de Guadeloupe afin de limiter la propagation de la Covid-19 entre les îles des Antilles Françaises. À partir du premier octobre, les voyageurs devront présenter une déclaration sur l'honneur du motif de déplacement.
À compter du jeudi 1er octobre 2020, pour voyager par avion ou bateau entre la Martinique, la Guadeloupe et les îles du Nord (Saint-Barthélemy et de Saint-Martin), il faudra en justifier la raison. 
 

Afin de limiter la propagation du covid-19 au sein des Antilles françaises, les préfets de Martinique et de Guadeloupe ont décidé d’interdire les déplacements de personnes qui ne sont pas fondés sur un motif impérieux d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l'urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé.

Les voyageurs devront présenter à la compagnie aérienne, avant  embarquement, une déclaration sur l'honneur du motif de déplacement (disponible sur les sites Internet des préfectures) ainsi qu’un ou plusieurs documents justificatifs.


Ces nouvelles "mesures temporaires", annoncées ce mardi 29 septembre 2020 sont le fruit d'une décision prise par les préfets de Martinique et de Guadeloupe par rapport à la situation sanitaire dans la zone. En effet, la Guadeloupe est classée en zone d’alerte maximale et les territoires de Martinique, de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin sont classés en zone d’alerte.

Selon la préfecture, ces nouvelles modalités pourront être adaptées en fonction de l’évolution des situations sanitaires des deux territoires.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live