Le travail a repris à Groupama, après l'insulte raciste

social
Personnel devant le siège de Groupama
Personnel devant le siège de Groupama. ©Martinique la 1ère

Le travail a repris ce matin (22 juin) à Groupama après les événements de la semaine dernière. Après l’insulte à caractère raciste d’un cadre vis-à-vis d’un salarié de l’entreprise, l’ensemble des structures était fermé.

"Ferme ta gueule sale nègre ! Et s’il le faut, j’irai à Ducos". Ces propos inacceptables, tenus par un cadre de Groupama Antilles-Guyane mercredi 16 juin 2021 à l'encontre d'un salarié, ont provoqué un tollé au sein de l’entreprise sur les trois territoires du bassin. Depuis, les salariés de l’ensemble des sites observaient un mouvement de grève.

Des salariés soudés et soutenus au-delà de l'entreprise

 

Très vite, la direction de Groupama avait réagi en condamnant sans réserve les propos de ce cadre. Ce dernier a été mis à pied dès le jeudi 17 juin.

À la suite de réunions entre les représentants du personnel et la direction (vendredi 18 juin), un certain nombre de décisions a été acté. Une procédure a été engagée à l’encontre de l’auteur des faits, visant à mettre fin à sa relation contractuelle dans les délais les plus courtsL'entreprise se porte solidaire de la victime en se constituant partie civile dans le cadre de la plainte engagée par le salarié victime des injures.  

Hier (21 juin), les représentants du personnel et la direction ont tenu un CSE extraordinaire puis une réunion de négociations. Le travail a repris ce matin.

Nous terminons cette période avec fierté et dépit parce qu’on ne s’attendait pas à de tels rapports avec un collègue. Cela dit, la mobilisation des salariés et le soutien de la population nous ont rassurés. Notre collègue est atteint, affecté et est en arrêt de travail. Je dois dire que pas mal de salariés sont toujours affectés, nous avons du mal à réaliser… Quant à l’état d’esprit, on est en poste car nous sommes des gens responsables même si certains font état de craintes.

Pascal Alingery, délégué syndical et secrétaire général FO

 

Personnel de Groupama
Personnel de Groupama devant le siège. ©Martinique la 1ère

Apaisement et retour aux fondamentaux de l'entreprise

 

Les réunions du 21 juin ont permis d’acter et de formaliser les engagements de la direction avec les 2 préalables : la séparation avec l’auteur des faits et, la réaffirmation et la fidélité aux engagements avancés en se constituant partie civile. Les jours de cette mobilisation ont été pris en charge par la direction.

C’est avec apaisement que nous sortons de cette crise. L’élan de solidarité qui s’est créé à cette occasion démontre que nous sommes tous unis face à l’inacceptable.

Jacques-Charles Christophe et Patrick Raynaud président et directeur général de Groupama Antilles-Guyane

 

Reprise du travail ce mardi matin (22 juin 2021) avec des personnels à rassurer pour certains. Les salariés demeurent attentifs aux suites données à l’affaire avec la séparation avec l’auteur des faits. Sur le plan civil, l’individu est convoqué le 21 septembre prochain devant le tribunal de police de Fort-de-France.

Quant à la victime des injures racistes, elle est en arrêt de travail et très marquée par les faits. Avec le soutien du collectif des salariés et celui de la direction, tous espèrent retrouver leur collègue au plus tôt et répètent que leur entreprise a des valeurs fortes et un engagement auprès des populations des trois territoires. Un épisode lourd que tous souhaitent oublier…