publicité

Le lycée professionnel de Dillon s'appelle désormais lycée Marius Cultier

La communauté scolaire du lycée professionnel de Dillon a tout mis en place pour cette dénomination Marius Cultier. La mobilisation du corps enseignant, du proviseur et des élèves a permis de réussir vendredi 30 novembre, une manifestation mémorielle de qualité.    

Le lycée professionnel Marius Cultier quartier Dillon à Fort-de-France. © Laurie-Anne Virassamy
© Laurie-Anne Virassamy Le lycée professionnel Marius Cultier quartier Dillon à Fort-de-France.
  • Par Daniel Betis
  • Publié le , mis à jour le
Le projet pédagogique pour le changement de nom du lycée date de 2017. Il est porté par Dominique Barnay. Les jeunes se sont intéressés à la musique de l'auteur-compositeur martiniquais Marius Cultier. L'implication est forte que de façon unanime le conseil pédagogique, le conseil d'administration, la CTM et la municipalité de Fort-de-France acceptent la proposition d'appeler le lycée de Dillon du nom du compositeur Martiniquais.
 

Une cérémonie mémorielle et patrimoniale


Une grande cérémonie a été organisée pour la circonstance le vendredi 30 novembre 2018. Les visiteurs ont découvert une exposition sur le parcours de vie du pianiste de jazz Martiniquais. Des  fresques photographiques étaient posées sur les murs du long préau. Elles montraient Marius Cultier en concert dans différents lieux.
© Laurie-Anne Virassamy
© Laurie-Anne Virassamy
Après la scène de présentation des élèves de Dillon retraçant le parcours du musicien de Jazz, le proviseur du lycée professionnel Ginette Kéclard, a expliqué le choix qui s'est porté sur le nom de Marius Cultier mais également  la prise en compte de valeurs incarnées comme le talent, l'abnégation et la réussite.

Lainy Cultier, la fille du pianiste disparu, souligna les qualités intrinsèques de son père. La transmission, l'échange, l'ouverture aux autres cultures, l'amour de la Martinique, des valeurs en adéquation avec ce lycée.
Marius Cultier
Une vie bien remplie et un héritage considérable

Parti trop tôt, à l’âge de 43 ans, Marius Cultier avait une vision de la musique qui dépassait nos frontières. Dès l’âge de 20 ans, il s’établit aux Amériques. Premièrement au Canada où il écume les scènes Jazz et crée un espace de production et sa propre maison d’édition.

Il parcourt par la suite l’Europe et les Etats-Unis où il côtoie les grands noms du Jazz et y rajoute sa sauce entre Biguine, Mazurka et la musique latine. Il est précurseur de ce genre musical appelé aujourd’hui le Biguine Jazz.

Marius Cultier a contribué de manière considérable à l’enrichissement du patrimoine musical local et à son exportation à l’étranger, il a également influencé des pianistes, voire même formé certains d’entre eux.
Des récompenses, des hommages, des prix ont salué toute son œuvre.
Le compositeur de "missie sirop", de "ouelele", de "Diamant" ou encore "qui coulè manman-ou ?" a ouvert une voie à tous nos pianistes.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play