publicité

Le martiniquais Damien Rosa est l'arbitre international qui monte

L'arbitre martiniquais Damien Rosa est le seul Antillo-Guyanais à officier au championnat Concacaf des moins de 20 ans qui se déroule à Miami aux États-Unis (1er au 26 novembre 2018).

L'arbitre martiniquais, Damien Rosa, sélectionné parmi les arbitres officiant pour les matchs de la Concacaf. © Martinique La 1ère
© Martinique La 1ère L'arbitre martiniquais, Damien Rosa, sélectionné parmi les arbitres officiant pour les matchs de la Concacaf.
  • Par Denis Adenet-Louvet
  • Publié le
Wilhenson Deterville, Nicolas Wassouf, Loïc Gros-Desir et Damien Rosa. Ce sont les arbitres Martiniquais de niveau Concacaf, mais des 4, c’est peut-être Damien Rosa le mieux côté actuellement. Il est d’ailleurs le seul Antillo-Guyanais à officier au championnat Concacaf des moins de 20 ans qui se déroule à Miami, Floride aux États-Unis, 1er au 26 novembre 2018).

À 24 ans, celui qui a fait ses armes de footballeur à l’Us Diamantinoise, a déjà été arbitre central au tournoi Concacaf féminin des moins de 15 ans en août 2018 à Miami. Il était alors accompagné de deux compatriotes, mais cette fois il sera seul.
Damien Rosa au départ vers Miami (mardi 30 octobre 2018). © DAL
© DAL Damien Rosa au départ vers Miami (mardi 30 octobre 2018).

Damien Rosa aspire à devenir arbitre fédéral Outre-mer


Ses performances seront notées et observées par une hiérarchie qui compte bien emmener les meilleurs de ses jeunes directeurs de jeu au niveau FIFA (Fédération internationale de football association). 
Mais déjà, Damien Rosa espère remplir les conditions pour aller jusqu’au bout de ce tournoi. Et s’il ne devait pas accéder à la finale du 26 novembre, il aimerait que ce soit seulement en raison d’un excellent parcours de la sélection de Martinique également engagée dans la compétition.

À la télé, je regarde les courses des arbitres pros, leurs diagonales, leurs pas chassés...

Arbitre de ligue de niveau 1, Damien Rosa ne se fixe aucune limite. Il aspire à devenir très bientôt arbitre fédéral Outre-mer. Il avait raté l'occasion lors des derniers examens en raison d’une condition physique un peu juste sur le moment.

Au début, le passionné de football n’observait que le jeu, mais depuis qu’il ambitionne de gravir les échelons en tant qu’arbitre, son regard se porte avant tout sur l’homme au sifflet, qu’il soit installé dans les tribunes ou devant sa télé. 
Damien Rosa lors d'un match en Martinique. © LFM
© LFM Damien Rosa lors d'un match en Martinique.
"Je vais souvent au match quand je ne suis pas désigné. C’est devenu un automatisme de ne regarder que l’arbitre, ses décisions, sa gestion des temps forts, des moments difficiles, de la pression, comment il applique les règles…À la télé c’est différent. Ce sont des arbitres pros, je regarde leurs courses, leurs diagonales, leurs pas chassés, s’ils vont à reculons, s’ils vont à la confrontation, s’ils parlent beaucoup aux joueurs". Damien Rosa sait qu’il doit observer les meilleurs pour s’en inspirer et atteindre lui-même les sommets.

Il semble bien loin le temps où à 16 ans, il dirigeait son premier match en laissant une très bonne impression. "À 13 ans j’étais capitaine d’équipe, mon club m’a alors sollicité pour avoir son quota d’arbitre. Avec la formation ça a été le déclic, tout de suite une passion".

J’ai la chance d’être bien entouré, d’avoir une famille solidaire

Entre-temps, la réussite au baccalauréat et ses études de sociologie lui ont imposé une coupure de 3 ans. De retour au pays il est sollicité pour reprendre le sifflet. Sa formation universitaire et son métier (policier municipal au Diamant), lui confère une écoute, une méthode et un sens du dialogue qui comptent, afin de diriger sereinement des matches qui ne sont jamais dénués d’enjeu.

Ce tout jeune père d’un nourrisson d’à peine un mois, gère pour l’instant très bien sa passion, son métier et sa vie privée. "Je n’appréhende pas de laisser ma compagne et mon bébé pour une longue période (...) J’ai la chance d’être bien entouré, d’avoir une famille solidaire qui me conseille de faire ce que j’ai à faire…mes proches sont fiers de mon parcours et ils sont à mes côtés".

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play