En matière de fabrication de masques, la Martinique donne l'exemple quand l'hexagone est en surproduction

coronavirus
Masques en tissu
Les masques en tissu fabriqués en Martinique. ©Martinique la1re
En France hexagonale, les industriels du textile ont vite flairé le bon filon. Nombreux sont ceux qui se sont alors lancés dans la fabrication de masques en tissu. Aujourd'hui des millions de ces outils de protection restent invendus. En Martinique ce n'est pas le cas. 
Depuis la fin du confinement, on les voit partout ou presque. En tissus colorés, en wax, ou en papiers, les masques sont de rigueur même si tous ne le portent pas.

Pendant la période de privation de liberté, notamment de circuler, nombreux ont été les amateurs de couture transformés en artisans de masques. L'hexagone n'a pas échappé à la règle. Les industriels du textile s'en sont donné à coeur joie. Résultats des millions de masques en tissu leurs restent sur les bras. 

En revanche, en Martinique, pas de surproduction de masques en tissu.
Port du masque
Le masque artisanal est très prisé en Martinique. ©Martinique la 1re
Gilberte, couturière en a confectionné des centaines. 500 pendant le confinement. Depuis, elle a réduit sa production et son constat est sans appel.
 

On remarque effectivement une baisse certaine de la demande. D'une part parce que les martiniquais sont déjà équipés mais aussi parce qu'on observe un certain relâchement de la part de la population.


Bonne gestion de la fabrication de masques en tissu 


Les amateurs de couture, volontaires pour la fabrication de masques en tissu se sont organisés autour du groupement des artisans d'art de Martinique.

Ce groupement produit en ce moment environ 500 masques par jour mais uniquement sur commande.

Du coup, il  n' y a pas de stocks de masques en tissu en Martinique. Même si le groupement des artisans d'art prévoit pendant les grandes vacances de mobiliser "un petit stock" pour les scolaires. Ces derniers devraient reprendre le chemin de l'école en septembre prochain munis de masques.


Masques chirurgicaux insuffisants


Dans les pharmacies, la demande de masques jetables a également diminué. Heureusement pourrait-on dire car ils arrivent toujours au compte-goutte.
Femme avec son masque
Le port du masque de protection obligatoire dans les lieux clos. ©Martinique la 1re
En cause, la réduction du trafic aérien. Le fait qu'il y a moins d'avions qui arrivent en Martinique induit une difficulté d'approvisionnement en masques chirurgicaux pour les pharmacies puisqu'ils n'arrivent pas en nombre suffisant.