"Mesdames et Messieurs les élus, où êtes-vous… que faites-vous... "? [Rose-Marie Taupin Pélican, présidente de l’AVCA]

Rose-Marie Taupin Pélican interpelle les politiques pour qu'ils s'impliquent davantage dans le dossier du crash aérien du 16 août 2005.
A la veille de la présidentielle et des législatives de juin prochain, la présidente de l’Association des Victimes du Crash Aérien du 16 août 2005, interpelle sur sa page Facebook les élus de Martinique et de l’hexagone. Près de 17 ans après la tragédie, Rose-Marie Taupin Pélican interroge les politiques : "Pouvez-vous encore regarder les familles des victimes au fond des yeux et vous dire pour elles, j'ai fait !? »

Rose-Marie Taupin Pélican se rappelle aux bons souvenirs des élus ou futurs élus locaux et hexagonaux, dans une vidéo postée sur sa page Facebook le 22 mars 2022. Elle les interpelle précisément quant à leur implication dans le nébuleux dossier judiciaire de la catastrophe aérienne du 16 août 2005, au Venezuela. Cette tragédie a décimé 160 personnes dont 152 martiniquais.  

"Où êtes-vous ?... Que dites-vous"

En août 2005, tous tant que vous êtes, vous vouliez être les premiers à arriver à Maracaïbo sur les lieux du crash, alors même que nous, familles des victimes, nous n'avions pas de place dans ces avions. Depuis bientôt 17 ans, la justice se fout de nous, argumentant et « désargumentant » à volonté. Mais où êtes-vous, quand la justice nous traîne dans la boue ? Que faites-vous quand elle nous dit tout et son contraire, nous prenant véritablement nous martiniquais, pour des couillons ? Que dîtes-vous quand cette affaire traîne et traîne en longueur, à telle enseigne que dans leur souffrance, certaines familles ont déjà démissionné, ont déjà abandonné ?

Rose-Marie Taupin Pélican - présidente de l’Association des Victimes du Crash Aérien)

 

Des membres de l'AVCA (l'Association des Victimes du Crash Aérien) du 16 août rassemblés devant la cour d'appel de Fort-de-France (image d'illustration).

Si la présidente de l’AVCA reconnait l’empathie manifestée par les élus au lendemain du crash, elle déplore dans son post, qu’« aucun ne prend la parole » au nom de l’association, pour se faire « l'écho des voix qui se sont tues ».

Alors mesdames et messieurs les élus, les familles des victimes aujourd'hui vous regardent au fond des yeux. 

Rose-Marie Taupin Pélican 

L’AVCA a sollicité en 2010 un complément d’expertises, après que la justice a mis en cause les pilotes décédés. L’association entend désormais se pourvoir en cassation. Une rencontre est prévue avec ses avocats et les familles dans quelques jours pour refaire le point sur le dossier face à la presse. Car Rose-Marie Taupin Pélican espère qu’"une porte s’ouvrira un jour sur la vérité ».