martinique
info locale

Le Morne-Rouge se souvient de l’éruption volcanique du 30 août 1902

histoire le morne-rouge
carte Morne Rouge
La ville du Morne-Rouge. ©Google-Map
Comme chaque année, la population du Morne-Rouge rend hommage en ce 30 août 2018 aux victimes de l’éruption de la Montagne Pelée survenue en 1902. Une messe célébrée par l’archevêque de Martinique et un pèlerinage se tiennent dans l’autre commune martyr, après Saint-Pierre.
 
La mémoire collective l’oublie quelque peu. Le 30 août 1902, près de quatre mois après la destruction de Saint-Pierre le 8 mai précédent, une nouvelle éruption volcanique destructrice de la Montagne Pelée a lieu. Elle est la sixième, après celles des 8 mai, 20 mai, 26 mai, 6 juin et 9 juillet. 
 

Plusieurs communes du Nord


Ce 30 août, vers 21 heures, une série d’explosions du cratère se produisent. Les nuées ardentes se dirigent vers toutes les villes de la zone au-dessous du volcan, dont Saint-Pierre, déjà dévastée. Le Conseil général évalue à environ 2 000 le nombre des victimes. La moitié habite Morne-Rouge. Des centaines de personnes sont tuées aussi à Ajoupa Bouillon, à Basse-Pointe et au Morne Capot (Lorrain).

Un lourd bilan s’expliquant par la surprise des autorités et de la population. Maurice Henry de l’association Volcans et Planète, nous le rappelle.

Éruption (surprise)

L’étude de l’éruption du 30 août 1902 a constitué l’acte de naissance de la volcanologie. Son pionnier, le géographe français Alfred Lacroix, missionné par le gouvernement, a décrit le phénomène de manière précise et exhaustive.

Maurice Henry explique l’intérêt scientifique de cette éruption.

Éruption (intérêt)

Trois messes sont concélébrées ce jeudi 30 août 2018 par l’archevêque de Martinique, Monseigneur Macaire, et plusieurs prêtres. Un pèlerinage est organisé dans l’autre commune martyr, après Saint-Pierre. Un recueillement se tient devant la stèle commémorative, quartier Chazeau, érigée en 1989 à l’initiative de l’ancien maire, Pierre Petit.
Publicité