Nos footballeurs frustrés par la logique politique

éditorial
Football sélection
Les joueurs professionnels apportent leurs savoirs aux amateurs de la sélection ©Martinique 1ère
Une nouvelle fois, les ligues de football de Martinique, de Guadeloupe ou de Guyane se voient opposer une fin de non recevoir de la part du gouvernement quant à leur demande d’adhésion à la FIFA, la fédération internationale. Impasse juridique ou décision politique ?
Le ministre des sports le proclame : aucune ligue régionale ne peut s’inscrire à une fédération internationale. Le football pas plus qu’une autre. Le Code du sport l’interdit, selon lui. Un argument juridique contesté par les dirigeants des ligues de football de Guyane, Guadeloupe et Martinique. En revanche, la motivation politique est évidente : il n’est pas souhaitable de "désagréger le sport français" en plusieurs instances régionales et internationales. Là aussi, le caractère indivisible de la République doit primer sur toute autre considération.
 
En clair : il existe un réel danger pour la cohérence de la représentation française si nos footballeurs ont le choix, pour la Coupe du monde par exemple, entre le maillot de leur sélection régionale et celui de l’équipe de France. Réel danger, car les footballeurs natifs ou originaires de Martinique, Guadeloupe et Guyane sont à ce point nombreux que l’équipe de France peut se retrouver sans joueurs blacks. Impensable, n’est-ce pas ? Et pourtant, cette hypothèse est réaliste, selon les experts.
 
Les puissants dirigeants de la fédération française restent oxydés sur leur refus catégorique d’inscription de nos ligues à la FIFA. Pourtant, le gouvernement s’accommode bien de l’adhésion des ligues de volley-ball, de hand-ball et de taekwondo à leur fédération internationale respective. "Sa ki pa bon pou zwa pa bon pou kanna ", dit la sagesse populaire. Ce qui n’est pas valable pour l’un ne l’est pas pour l’autre.
 
Si l’État devait nous convaincre que sa politique Outre-mer est souvent dictée par les circonstances et non par des principes clairs, la démonstration est, une nouvelle fois, éclatante.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live