L'opposition met en garde contre une recrudescence des cas de Zika à la Jamaïque

santé
Point épidémiologique du Zika au 31mars 2016
Le moustique tigre un des vecteurs du Zika
Le principal parti d'opposition de Jamaïque, le Parti national Peuple (PNP), a publié cette semaine un communiqué estimant que si rien n'est fait pour éliminer les sites de reproduction des moustiques à travers le pays, il pourrait y avoir un retour en force du virus Zika sur tout le territoire.
Le principal parti d'opposition de Jamaïque, le Parti national Peuple (PNP), a lancé l'alerte cette semaine sur un possible retour en force du virus Zika sur tout le territoire.
 

Possible flambée épidémique de Zika

Le PNP pense que le gouvernement n’a pas pris les mesures pour débarrasser l'île des gites larvaires. Des millions de dollars ont bien été consacrés à un programme d’actions l'année dernière, mais les autorités n’ont pas accordé suffisamment d’intérêt au nettoyage des ravines et des zones à risques. L’ensemble du territoire est aujourd’hui menacé par une possible flambée épidémique de Zika, à cause des choix du gouvernement,  selon le Parti national du Peuple.

Dans son communiqué, le PNP dénonce une dépense mal orientée de 1,5 million de dollars jamaïcains (près de 11000 euros) qui a eu un impact négatif sur le budget 2017/2018 et qui a surtout entraîné des coupes dans des secteurs clés comme celui de la santé.
 

Si la crise n'est pas contrôlée...

Plusieurs rapports émanant du ministère de la Santé ont confirmé que "les promesses faites pour prévenir le risque épidémique ne se sont pas matérialisées, à cause de considérations partisanes", affirme le PNP. Le programme d'éradication des moustiques n'a pas été poursuivi de manière agressive comme l'avait promis le ministre de la Santé, ajoute la principale formation d’opposition qui  précise qu’il y a aussi eu des plaintes concernant les retards dans la collecte des ordures dans de nombreuses localités de l'île.
 
"Le pays est confronté à une nouvelle crise de Zika. Il est de notre responsabilité de protéger la population, et particulièrement les femmes enceintes...Si la crise n’est pas contrôlée, les conséquences  pourraient être graves pour les secteurs productifs et touristiques du pays", prévient le Parti national du Peuple.
Les responsables jamaïcains de la santé ont enregistré près de 10 000 cas suspects de Zika, entre janvier 2016 et le mois dernier.