Organisateur de spectacles est un métier à risques

musique
Concert
Concert d'Arnold à Schoelcher (7 décembre 2016) ©Martinique 1ère
Organiser un concert en Martinique ne rapporte pas autant qu'on le croit. Les tarifs demandés par les artistes associés à la pénurie de salles adaptées sur l'île réduisent considérablement les marges de ces professionnels du spectacle. 
Vous trouvez les billets de concert trop chers ? C'est ignorer, en réalité, ce que coûte un spectacle.

Des marges insignifiantes

moyenne est de trente-mille euros pour un artiste de renommée nationale. C’est généralement ce qu’un producteur débourse, entre le cachet de l’artiste, les billets d'avion, l'hébergement, le transport, et les équipements. En retour il récupère un peu plus de trente-cinq mille euros sur les entrées. 

Et encore, il faut que l'artiste se produise dans une salle type Tropiques Atrium et qu'elle soit pleine. Car c'est à la rue Jacques Cazotte à Fort-de-France, qu'il y a le plus de places assises (mille environ). Dans un autre style, il existe la Ferme Perrine au Lamentin, capable d'accueillir trois mille personnes debout. C'est trois fois plus de monde, mais aussi trois fois plus de dépenses. Ce qui fait dire à un organisateur de spectacles que l'activité est peu rentable en Martinique. 

Des salles inadaptées

Pour amortir leurs frais, les producteurs sont contraints d'organiser des tournées aux Antilles-Guyane. Car nos voisins peuvent accueillir plus de spectateurs (entre quatre mille et cinq mille en un même lieu).

Des chiffres qui peuvent être atteints en Martinique, sauf que les infrastructures sont souvent inadaptées. Une lacune que les pouvoirs publics espèrent combler. Mais les projets de création de salles, comme le Zénith au Lamentin, tardent à se concrétiser. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live