Petit Papa Noël, Martinique-Miracle attend tes cadeaux

éditorial
cadeau de noel
cadeaux de noël ©D.A
Il est encore temps pour chacun d’adresser sa lettre au Père Noël, comme chaque année. La Martinique aussi lui a écrit. Nous venons de recevoir une copie de ce courrier.
Cher Père Noël, la Martinique a été sage cette année. Ses enfants n’ont pas souvent fait grève. Il y a eu deux opérations mòlòkòy seulement. Ses consommateurs se sont rués dans les grandes surfaces en pleurant que manger est devenu hors de prix. Ses abonnés à l’électricité, au téléphone, à l’eau courante n’ont guère résilié leur abonnement quand le service payé n’était pas rendu. Ses voleurs n’ont pas volé plus que l’année dernière. Ses taxicos n’ont pas été plus en retard que d’habitude.

Et enfin ses électeurs ne se sont pas déplacés en masse pour choisir le président, ni les députés. Père Noël, tu le vois, les enfants de la Martinique ont été sages, patients, prudents, perplexes et gentils. Alors, pour toutes ces raisons, ils méritent une hotte pleine de cadeaux rutilants.

Et tout d’abord, un train qui roule enfin entre Fort-de-France et le Lamentin, et non ce machin de TCSP qui rouille sous le soleil à force que ses bus restent au garage. S’il pouvait arriver avant le Carnaval, ce serait un miracle. Et s’il pouvait abolir les embouteillages, notre petit paradis, que nous gâchons tant et si bien, redeviendrait le paradis.

Et puis, Papa Noël, si tu peux demander à M. Agoulou de baisser un peu les prix de ses marchandises dans les supermarchés, ce serait super. Et si tu pouvais suspendre les querelles de nos chefs politiques, ce serait magnifique, même s’ils sont en manque.

Et puis, dis aux jeunes qui vont faire leur vie ailleurs de rester ou bien de revenir pour empêcher que les vieux se marient avec les vieux. Et puis, asperges-nous d’un insecticide efficace pour tuer les méchants yenyen qui nous piquent fort depuis quelques jours. Enfin, toi qui vis dans les cieux, que ton nom soit adoré, que ta volonté de tout embellir soit faite.

Et voilà. C’est signé : "La Martinique qui a tant souffert". Les rêves sont libres, non ? Joyeux Noël !
Les Outre-mer en continu
Accéder au live