Peugeot Martinique: la grève continue après 7 semaines de conflit

social
Garage Peugeot
Le garage Peugeot au Lamentin. ©Martinique la 1ère
La guerre des communiqués entre le syndicat CFDT et la direction de Peugeot Martinique continue. Si le salarié licencié et Blue Automobiles Peugeot ont conclu un accord transactionnel, le syndicat demande l'étalement de la perte des salaires des grévistes. Ce que la direction refuse. 
Dans le conflit né après le licenciement pour faute grave d'un salarié de Peugeot Martinique, les syndicats ont obtenu hier (17 octobre 2020), à l'issue de plusieurs heures de négociations à la DIECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), satisfaction sur trois points de négociations sur quatre. 

Parmi les revendications, la CFDT remettait en cause le traitement des dossiers “clients mystère”.

 La direction de Peugeot Martinique a accepté que ce dossier soit abordé et traité en CSE.
 

​​​​​Rappelons que les commerciaux de Peugeot Martinique bénéficient déjà d’une prime en cas de résultats satisfaisants. Dans un souci de transparence, la direction de Peugeot Martinique a accepté de créer un groupe de travail spécifique avec des commerciaux pour traiter ce dossier dans la globalité.

Patrick Ouensanga, directeur général Peugeot Martinique.

Patrick Ouensanga
Patrick Ouensanga, directeur général Peugeot Martinique. ©Martinique la 1ère

Aucune sanction disciplinaire ni poursuite judiciaire 


Peugeot Martinique a accepté de n’appliquer aucune sanction envers le personnel gréviste et malgré les décisions du tribunal.

Elle renonce également à la totalité des poursuites judiciaires syndicales et individuelles pour les infractions pénales survenues jusqu’au 13 octobre 2020. La direction renonce aussi à recouvrer des astreintes consécutives aux condamnations judiciaires du 14 septembre 2020 pour plus de 30 000 euros.
 

Point d'achoppement : "l'étalement des pertes de salaire"  


Après ces trois avancées, le point d'achoppement porte sur l'étalement des pertes de salaire des grévistes.
Grévistes chez Peugeot
Grévistes chez Peugeot avec Eric Picot, le responsable de la CFDT. ©Martinique la 1ère

Nous avons proposé à la direction de Peugeot un étalement des pertes de salaire ou la retenue équivalente sur les jours de congés ou les RTT. La direction a refusé. Nous lui avons laissé un week-end de répit avant de poursuivre la grève.

Eric Picot, secrétaire général UIRM/CFDT.



La direction de Peugeot refuse ce dernier point. 

La CFDT et les 10 salariés grévistes restant, doivent assumer pleinement leurs actes, sachant très bien qu’une grève entraîne de facto un retrait sur salaire des jours de grève. La position de la CFDT est incompréhensible. Est-ce à dire que ce syndicat considère qu’une négociation doit être à 100% pour le syndicat et à 0% pour l’employeur ? 

 

L'accord transactionnel avec Oswaldo Florimont est signé 


De son côté Oswaldo Florimont, au terme d'un accord transactionnel avec la direction de Peugeot, a obtenu des indemnités dont le montant reste confidentiel comme le reste de l'accord. 

La CFDT annonce que le "motif du licenciement d'Oswaldo Florimont aurait été annulé et que la transaction reviendrait à une rupture conventionnelle de contrat".

Le syndicat souhaite que la direction de Peugeot revienne à la table des négociations avant le 23 octobre 2020 pour "conclure ce conflit". 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live