Qualité de l'air très mauvaise en Martinique : Protégez-vous !

pollution
Carte Madininair du 22 juin
©Madininair
Madininair affiche un 10 rouge, soit "très mauvais" pour la qualité de l’air en ce début de semaine en Martinique. Il est recommandé à la population de se protéger contre cette pollution ambiante, pour éviter des complications pulmonaires et d’autres pathologies associées.
Après l’impact positif du confinement sur la qualité de l’air, les alertes rouges recommencent. Depuis quelques jours, l’indice atmo oscille entre 8 et 10, d’où les précautions recommandées par les autorités sanitaires et Madininair, afin de se protéger contres les maladies respiratoires en particulier.
 

Toute la population est concernée


- Évitez les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe ;
- Évitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur ;
- Reportez les activités qui demandent plus d’efforts ;
- Privilégiez les activités calmes dans les établissements recevant de jeunes enfants.

→ Les populations vulnérables et sensibles en particulier

Les femmes enceintes, les nourrissons et jeunes enfants, les personnes de plus de 65 ans, ou souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, ainsi que les asthmatiques sont considérés comme personnes vulnérables.

Les personnes reconnues sensibles, sont celles dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics. Il s’agit par exemple des diabétiques, des personnes immunodéprimées, souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, ou infectieux.
 

Consignes générales pour tous


En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations) :
  • Prenez conseil auprès de votre pharmacien, consultez votre médecin ou contactez le 15 ;
  • Privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • Prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant ;
  • Réduisez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions).
Pollution air
Visibilité quasi nulle sur la baie de l'Anse-Mitan aux Trois-Ilets depuis Fort-de-France, à cause de la pollution - indice atmo : 10 (le 22 juin 2020) ©Guy Etienne

Pollution de l’air = problèmes respiratoires et cardiovasculaires


La pollution de l’air ambiant représente aujourd’hui, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le principal risque environnemental pour la santé dans le monde. L’exposition à la pollution dans l’air est notamment responsable du développement de pathologies respiratoires et cardio-vasculaires.
 

Limiter l’exposition


L’Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail rappelle "l’importance d’agir en priorité à la source, en limitant les émissions polluantes pour réduire les impacts sanitaires". De plus, elle préconise d’améliorer l’information de la population et des personnes sensibles sur les comportements à adopter afin de limiter l’exposition quotidienne.

L’Agence recommande également aux pouvoirs publics d’assurer une information spécifique sur les risques potentiels pour la santé auprès des voyageurs et des personnes expatriées dans certaines régions du monde où les niveaux de pollution de l’air ambiant sont particulièrement élevés.
 

Agir sur les sources d’émissions tel que le trafic routier 


Le dernier rapport de l’ANSES sur le sujet date du 16 juillet 2019. Le document met l'accent notamment  sur les particules de l’air ambiant et l’impact du trafic routier, une circulation automobile en constante augmentation en Martinique par exemple.

Chaque année, 15 000 à 18 000 véhicules neufs sont mis en circulation sur le territoire d’après une étude sur les migrations et les mobilités.