Quatre livres pour des moments de bonheur et de lecture pendant le confinement

livres
Litterature
©Martinique la 1ère
Durant cette période confinement, le livre est devenu une arme pour lutter contre la morosité, la solitude et l'ennui. Les librairies sont de plus en plus visitées par les publics de tous les âges. Chacun vient chercher le livre (roman, poésie ou autre) qui lui permettra de passer un bon moment.

Le temps peut sembler long à certains pendant le confinement. Rien de tel que la lecture pour sortir de son isolement et occuper ses journées.

Le confinement  stimule l'envie de lire révèle un sondage Odoxa pour le Syndicat national de l'édition (SNE) publié le 8 janvier 2021.

Nous avons retenu pour vous quatre ouvrages qui viennent de paraitre.

"Colored" de Pierre Sainte-Luce, la colorité d'une renaissance

Pierre Sainte-Luce
©Martinique la 1ere

Une histoire ravissante, signée de l’auteur Guadeloupéen, Pierre Sainte-Luce. Originaire de Terre de Bas, il puise son inspiration dans les archives de l'Habitation Fonds Rousseau (Schœlcher en Martinique), dont il a fait l'acquisition.

Pierre Sainte-Luce tient un dialogue entre deux femmes prénommées Elsa. La première est arrachée à son Afrique natale, esclave chez les Bourdemanche, riches producteurs de canne à sucre est une travailleuse active. Repérée,sa maîtresse fait d’elle une esclave de maison. Elsa sublime ses racines en comptant sur ses connaissances des plantes et des remèdes.

La seconde Elsa, (13 générations plus tard) est l'arrière petite-fille de la première Elsa.  Elle est une brillante ingénieure métissée.

L’auteur a su dans un langage simple, tout en racontant les tribulations de l’esclave, tout en narrant l’histoire de son ancêtre, tout en évoquant le principe de la créolisation, dépasser les clivages pour se projeter dans l'avenir, afin de créer une société humaniste pleine d’amour, basée sur une philosophie de fraternité. Livre publié par Idem Campus

Christ'in publie "Wisi" un ouvrage jeunesse pour l'estime de soi

Christine Nortia
©Martinique la 1ère

Christ’in, de son vrai nom Christine Nortia, Ludothécaire, née d'un père guadeloupéen et d'une mère martiniquaise, travaille depuis plus de 10 ans, dans le monde de l'enfance. Elle crée un ouvrage pour inciter les jeunes à la lecture dès la prime enfance. 

Christine Nortia  raconte l'histoire d’un petit garçon dénommé "Wisi", souffre douleur des enfants de son école et qui avec l'aide de sa grand-mère) retrouve une certaine sérénité.

Dans ces temps difficles, cet ouvrage jeunesse intergénérationnel respire douceur, estime de soi, espoir et positivité. Christine Nortia qui a supporté les frais d'édition de son livre, épaulée par le groupement des auteurs de Martinique, entend poursuivre les aventures de Wisi.

"l’homme qui attend à l’Abribus" d'Yves Untel Pastel aux éditions l’Harmattan

Yves Untel Pastel
©Martinique la 1ere

Yves Untel Pastel est originaire de Rivière-Pilote en Martinique. Poète, écrivain, guitariste il est un habitué de l’écriture à partir de faits réels.

L'homme qui attend à l'abribus  paru aux éditions l'Harmattan permet de trouver des mots et des pensées circonstancielles pour lutter contre des maux. Il a produit  un conte réaliste, caustique, le voyage d'un émigré martiniquais Juste Patient, un agent de la RATP "mis en congé", à  la suite d'une série de malentendus. plonge et nous plonge dans un monde cocasse.

Juste Patient  se retrouve interné, et à un amour fou pour Joséphine de Beauharnais, la femme de Napoléon. 

"la couleur de l'Agonie" premier  roman policier de Gisèle Pineau 

Gisèle Pineau
©Martinique la 1ère

Gisèle Pineau signe son premier roman policier. "La couleur de l’agonie" parue à Caraîbéditions. Elle dénonce un fait sociétal abominable :  le viol. L'auteure nous conduit dans le monde de l’intrigue en plein cœur de la Guadeloupe.

L’histoire, "Une trentaine d'années après le viol sauvage qu'ils ont commis, sept hommes voient se dessiner le visage de la vengeance et la couleur de l'agonie". Ce polar sur fond sexuel écrit dans style qui rappelle Agatha Christie, explore les blessures, met en avant une enquête vivante et pesante. Gisèle Pineau avec élégance, rebondissements et sans langue de bois, balance les porcs et dénonce ce crime abject.